01.10.2001 - TPIR/SEMANZA - l'EX-MAIRE SEMANZA VICTIME D'UNE MACHINATION POLITICIENNE, SELON LA DEFE

Arusha, le 1er octobre 2001 (FH) - Un ancien maire rwandais accusé de génocide serait victime D'une machination politicienne, a affirmé un de ses avocats, lundi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"Semanza est victime D'une machination politicienne.

1 min 45Temps de lecture approximatif

Il a travaillé inlassablement pour ses compatriotes et ne supportait pas l'ethnicisme ni les jeux politiciens" entre les différents partis, a plaidé l'avocat américano-camerounais, Me Charles Taku, qui défend l'ancien maire de Bicumbi (préfecture Kigali rurale, centre-est du Rwanda).

Laurent Semanza répond de quatorze chefs D'accusation de génocide et de crimes contre l'humanité portant sur des massacres de Tutsis en communes Bicumbi et Gikoro.

Lundi matin, ses avocats ont fait une déclaration, préliminaire à la citation des témoins à décharge. Dans sa déclaration liminaire, Me Taku a indiqué que le génocide commis au Rwanda est à mettre sur le compte du Front patriotique rwandais (FPR), actuellement au pouvoir à Kigali, et de "la complicité silencieuse de la communauté internationale".

l'avocat américano-camerounais a signalé que "à aucun moment Semanza n'a été partie prenante à un plan concerté de tuer les Tutsis"ni a encouragé le viol des femmes tutsies. "Il n'avait pas D'autorité nécessaire ni de commandement militaire, pour exercer cette influence que lui prête le procureur", a expliqué Me Taku. "Semanza ne contrôlait pas les [miliciens] Interahamwe", a ajouté l'avocat.

Evoquant le rôle des responsables du FPR, Me Taku a affirmé que "ils ont infiltré tout le tissu social au point que les saints sont devenus pécheurs, et les victimes des bandits".

Me Taku a plaidé que l'ancien président du FPR, le colonel Alexis Kanyarengwe, haïssait l'accusé. Alexis Kanyaregwe était ministre en charge de l'administration territoriale quand Laurent Semanza était maire de Bicumbi, a déclaré Me Taku.

Me Taku a soutenu que les vrais auteurs des crimes commis à Bicumbi et à Gikoro sont, soit détenus au Rwanda, soit en fuite. "Semanza voulait un Rwanda pacifique. Et il a fait tout, dans sa commune, pour initier la paix et la réconciliation entre les groupes politiques", a affirmé son avocat.

Me Taku est assisté par l'avocat béninois, Me Sadikou Alao, dans la défense de Laurent Semanza. Me Alao a pour sa part indiqué que l'accusé se trouvait à Gitarama (centre du Rwanda) au moment où les crimes allégués dans l'acte D'accusation étaient commis.

l'avocat béninois a affirmé que les charges retenus contre l'ancien maire relèvent D'une "industrie du mensonge" qui devrait être décelée par les juges. "Le mensonge longtemps savamment cultivé a passé le cap de la culture pour devenir une industrie", a affirmé Me Alao.

Le premier témoin des faits sera entendu lundi dans l'après-midi.

AT/PHD/FH (SE_1001A)