25.09.2001 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - LE PASTEUR NTAKIRUTIMANA AURAIT EXHORTE LES TUTSIS A SE REFUGIER S

Arusha, le 25 septembre 2001 (FH) - Le pasteur adventiste accusé de génocide aurait exhorté les Tutsis à se réfugier sur un site de massacres, a affirmé un témoin du parquet, mardi, devant le Tribunal international pour le Rwanda (TPIR).

Désigné par les lettres "HH" pour protéger son anonymat, le cinquième témoin de l'accusation a déclaré que le pasteur Elizaphan Ntakirutimana a envoyé des messagers pour exhorter les Tutsis à se réfugier à l'hôpital de Mugonero (préfecture de Kibuye, ouest du Rwanda), quelques jours avant qu'il ne soit attaqué par des gendarmes et des miliciens.

1 min 36Temps de lecture approximatif

l'homme D'église aurait été présent lors de cette attaque, selon le témoin.

Ancien pasteur à l'église adventiste de Mugonero, le pasteur Ntakirutimana est accusé avec son fils, Gérard Ntakirutimana, qui était médecin au même endroit.

Le témoin a affirmé que le pasteur s'était rendu à l'hôpital et avait invité les Tutsis qui étaient déjà sur place à aller chercher leurs voisins et parents restés sur les collines , en leur assurant la protection. M.HH a indiqué qu'il avait lui-même transmis le message du pasteur à au moins deux personnes qui ont immédiatement rejoint l'hôpital.

Le parquet entend prouver que les Ntakirutimana étaient des gens respectés dans la communauté, et qui pouvaient protéger les réfugiés.

La défense plaide qu'un pasteur, fût-il aimé et respecté, n'aurait pu faire quoi que ce soit pour arrêter le génocide anti-tutsi et les massacres D'opposants survenus au Rwanda en 1994.

Elizaphan Ntakirutiama est représenté par l'avocat américain, Me Ramsey Clark, ancien procureur général des Etats Unis, Gérard Ntakirutimana, par Me Edward Medvene, un autre avocat américain de renom.

Me Clark a rappelé que même les puissances occidentales n'ont pas pu empêcher ces massacres.

Interrogé par la défense sur le respect dont étaient investis les accusés, le témoin précédent avait répondu laconiquement que "au Rwanda nous ne respectons pas les hommes, nous respectons Dieu"

Le procès se déroule devant la première chambre de première instance du TPIR présidée, dans cette affaire, par le juge norvégien Erik Mose et comprenant en outre les juges, sénégalaise Andrésie Vaz et sud-africaine Navanethem Pillay. La juge Pillay sera absente toute la semaine, en raison D'une mission à l'étranger. La déposition de HH se poursuit mercredi matin.

AT/PHD/FH (ME_0925A)