19.09.2001 - RWANDA/TANZANIE/NTUYAHAGA - l'OFFICIER RWANDAIS POURRAIT ETRE TUE EN CAS D'EXTRADITION,

Dar-es-salaam, le 19 septembre 2001 (FH) - Le major rwandais, Bernard Ntuyahaga, pourrait être tué en cas D'extradition vers Kigali, a déclaré un témoin de la défense entendu mercredi devant un tribunal de Dar-es-salaam.

Détenu par la Tanzanie depuis 1999, Bernard Ntuyahaga est réclamé par le gouvernement rwandais pour son rôle présumé dans l'assassinat de l'ancien premier ministre Agathe Uwilingiyimana et le meurtre de dix casques bleus membres de son escorte, le 7 avril 1994 à Kigali.

1 min 23Temps de lecture approximatif

Le premier témoin de la défense est un citoyen belge, Christian de Beule, qui a vécu au Rwanda pendant plusieurs années. Il a quitté le pays le 12 avril 1994, au lendemain du déclenchement du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants.

"Si jamais il allait au Rwanda, une chose dont il peut être sûr, c'est D'être condamné à la peine de mort", a déclaré le témoin.

Ntuyahaga refuse de se rendre au Rwanda pour y être jugé. Le témoin a affirmé que les tribunaux rwandais n'étaient pas impartiaux et que le droit de la défense n'était pas garantie.

Christian de Beule a ajouté qu'il y aurait au Rwanda un réseau de gens qui ont été forcés à témoigner faussement contre l'ancien officier.

"Même en cas D'acquittement, il devrait vraisemblablement être tué sur les collines du Rwanda", a dit Christian de Beule. Le témoin a indiqué qu'il existerait au Rwanda un service de renseignement relevant de l'armée qui serait utilisé par les autorités aux fins de torturer les gens.

Christian de Beule a ajouté qu'il détenait beaucoup D'informations sur le Rwanda, qui pourraient éclairer la cour appelée à prendre une décision. Le témoin a précisé que ces sources comprenaient notamment des organisations non gouvernementales et des associations de défense des droits humains.

Le témoin a néanmoins admis ne pas avoir suivi les activités de Bernard Ntuyahaga depuis le 7 avril 1994, période au cours de laquelle les crimes allégués ont été commis.

Le procès se poursuit vendredi avec la comparution D'un nouveau témoin de la défense.

NI/AT/PHD/FH (NU_0919A)