11.09.2001 - TPIR/GREFFE - LE GREFFIER VOUDRAIT PREVENIR LE RACISME ET l'INTOLERANCE

Arusha, le 11 septembre 2001 (FH) - Le greffier du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), le Sénégalais Adama Dieng, voudrait prévenir le racisme et l'intolérance au sein de la juridiction internationale, a annoncé mardi un porte-parole.

Au cours D'un point de presse à Arusha, le porte-parole du TPIR, le Nigérian Kingsley Moghalu, a indiqué que le greffier a pris une série de mesures visant à promouvoir la tolérance au lieu de travail.

1 min 22Temps de lecture approximatif

"Ces mesures seront prises dans l'esprit et le contexte des efforts des Nations unies D'éliminer le racisme et les vices qui lui sont liés", a-t-il expliqué.

Kingsley Moghalu a rappelé qu'à l'occasion de la récente conférence des Nations unies sur le racisme, le greffier avait publié un communiqué dans lequel il soulignait que les crimes jugés par le TPIR ont été motivés par des idéologies racistes, la discrimination ethnique et l'intolérance. Le greffier notait qu'en traduisant devant la justice les responsables présumés de ces actes, le TPIR était en train de contribuer à la lutte globale contre le racisme et ses sinitres avatars et de promouvoir la culture de la responsabilité pénale individuelle.

Le porte-parole du TPIR a indiqué qu'un questionnaire ad hoc sera soumis à l'ensemble du personnel, qui devra y répondre dans l'anonymat, l'objectif étant de collecter les données scientifiques en rapport avec les sentiments des fonctionnaires concernant des questions de racisme éventuel au lieu de travail.
Des discussions seront dans la suite organisées au niveau des sections, avec un facilitateur indépendant et les conclusions seront débattues dans une réunion à laquelle sera conviée tout le personnel.

Kingsley Moghalu a indiqué qu'il s'agissait D'une "approche pro-active" du problème, dans un souci D'ouverture et de transparence. "Il ne faut pas pratiquer la politique de l'autruche", a indiqué Kingsley Moghalu.

Sept substituts du procureur, africains et asiatiques, dont les contrats n'ont pas été renouvelés il y a quelques mois, ont crié au racisme. Le procureur du TPIR, la Suissesse Carla del Ponte, a répondu que ces allégations sont ridicules, qu'ils étaient simplement incompétents.

AT/PHD/FH (GR_0911B)