10.09.2001 - TPIR/MEDIAS - NGEZE A CONTRE-INTERROGE UN TEMOIN DU PARQUET

Arusha, le 10 septembre 2001 (FH) - l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a contre-interrogé lui-même un témoin du parquet, lundi, dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le Tribunal a autorisé Hassan Ngeze à poser des questions au témoin après que l'accusé eut affirmé qu'il ne s'est pas entretenu avec ses avocats depuis le mois de mars.

1 min 40Temps de lecture approximatif

Le co-conseil canadien de Hassan Ngeze, Me René Martel, a déclaré qu'il s'est rendu au centre de détention vendredi dernier et qu'il a été informé du fait que son client ne voulait pas le rencontrer. La défense de Hassan Ngeze affirme que cela se passe ainsi depuis plusieurs mois.

Vêtu D'un keffieh rougeâtre et D'une tunique grise et jaune, Hassan Ngeze, a laissé entendre, lors du contre-interrogatoire, que le vingt-neuvième témoin du parquet était venu déposer contre lui en espérant une réduction de la peine imposée contre lui par un tribunal rwandais devant lequel il a été déclaré coupable de génocide.

Dénommé "AHI" pour protéger son anonymat, le témoin du parquet a été condamné à mort au Rwanda. Hassan Ngeze a soutenu que cette peine pourrait être commuée en emprisonnement à vie en échange du témoignage contre lui.

Hassan Ngeze a voulu savoir quelles leçons le témoin avait tirées des événements de 1994 et il a répondu qu'il avait demandé pardon à Dieu. M.AHI a ajouté qu'il était venu à Arusha pour dire la vérité dans ce procès dans lequel il a été cité par le procureur.

Hassan Ngeze a confronté le témoin à ses déclarations lors de l'interrogatoire principal, tentant ainsi de le discréditer. Le témoin ayant refusé D'entériner le procès verbal D'audience antérieure que lui soumettait l'accusé, Hassan Ngeze a simplement conclu que le Tribunal appréciera le degré des contradictions.

Lors de l'interrogatoire principal, le témoin AHI avait accusé Ngeze D'avoir dirigé des attaques contre les Tutsis dans la ville de Gisenyi (ouest du Rwanda) et D'avoir pris part à la distribution D'armes.

l'accusé a soutenu qu'il avait beaucoup D'homonymes dans la ville mais le témoin a maintenu qu'il le connaissait très bien.

Hassan Ngeze est coaccusé avec l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, ainsi que l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza.

AT/PHD/FH (ME_0910A)