26.07.2001 - TPIR/GREFFE - LE GREFFIER PROMET D'INSTAURER UNE CULTURE DE LA TRANSPARENCE

Arusha 26 Juillet 2001(FH) – Le greffier du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), le Sénégalais Adama Dieng, a déclaré qu'il allait s'attaquer aux problèmes qui se posent dans la juridiction internationale dans un "esprit de transparence".

Adama Dieng a tenu jeudi sa première conférence de presse depuis son entrée en fonction au mois de mars dernier, remplaçant le Nigérian Agwu Ukiwe Okali.

2 min 50Temps de lecture approximatif

"C'est réellement mon vrai engagement de m'assurer que ma philosophie de gestion se fonde sur le travail en équipe et la méritocratie", a déclaré Adama Dieng au cours de cette conférence de presse.

Le greffier Dieng a indiqué qu'il a commencé à s'attaquer à certains problèmes comme le recrutement des enquêteurs de la défense et les allégations D'abus dans l'utilisation des fonds destinés à la défense des accusés, le recrutement du personnel, la protection des témoins, l'exécution des peines, la coopération avec les Etats membres de l'ONU et l'extension du programme destiné à accroître la visibilité du TPIR au Rwanda.

Adama Dieng a effectué dernièrement une visite de trois jours au Rwanda au cours de laquelle il a rencontré divers responsables gouvernementaux, dont les ministres de la justice et des affaires étrangères, le président de la Cour suprême, et le procureur général près cette Cour.

Enquêteurs de la défense

Le greffier a dernièrement décidé de résilier ou de suspendre des contrats pour quatre enquêteurs de la défense, au motif qu'ils seraient des suspects de génocide. "En tant qu'activiste des droits de l'homme de longue date, personne- et je dis bien personne- ne peut m'accuser de façon justifiée D'être insensible aux droits de la défense", a déclaré Adama Dieng.

"Mais il y a une grande différence entre les droits humains, et le fait D'abuser de ces droits au détriment du Tribunal", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il fera tout ce qui est nécessaire pour éliminer l'utilisation abusive de l'assistance judiciaire accordée aux détenus indigents.

l'avocate anglaise, Me Diana Ellis, qui travaillait avec un des enquêteurs dont le contrat a été suspendu, a indiqué que le greffier s'était trompé sur son identité. Adama Dieng a répondu qu'il attendait la photographie de la personne suspectée au Rwanda, pour vérifier si elle était différente de celle de l'enquêteur en question.

Le greffier a encore expliqué que s'il s'avère qu'il s'est trompé sur son identité, il va "sincèrement présenter ses excuses."

Adama Dieng a indiqué qu'il a créé un panel chargé de vérifier si l'assistance accordée aux détenus indigents n'est pas détournée de ses objectifs. C'est sur base de son premier rapport que les quatre enquêteurs de la défense ont été suspendus, a-t-il dit.

Adama Dieng a ajouté qu'il espérait que l'ONU allait approuver le recrutement, dans le prochain budget, D'un enquêteur qui sera chargé de vérifier l'indigence ou la non indigence des détenus, avant de leur commettre éventuellement un conseil. Ledit fonctionnaire collectera également des informations sur le passé des enquêteurs de la défense.

Au mois de mai dernier, un enquêteur de la défense, Siméon Nshamihigo, a été arrêté sous l'accusation de génocide.

Le greffier a signalé qu'au vu du rapport du panel ad hoc, il a noté qu'il y a des enquêteurs de la défense dont les dossiers continueront à être examinés minutieusement. Il a néanmoins ajouté qu'il y avait D'autres enquêteurs de la défense hors de tout soupçon et que cela devrait être également noté.

Depuis sa création en 1994, le TPIR a déjà rendu neuf jugements. Seule une personne, l'ancien maire de Mabanza (préfecture de Kibuye, ouest du Rwanda), Ignace Bagilishema), a été acquitté. Il cherche encore un pays D'accueil. Le greffier a indiqué qu'il compte se rendre prochainement en France pour intervenir en sa faveur auprès du ministre des affaires étrangères de ce pays.

Les personnes condamnées par le TPIR devraient purger leurs peines au Mali, au Swaziland ou au Bénin, des pays qui ont déjà signé des accords ad hoc avec le TPIR. l'Italie, le Togo et Madagascar sont également en voie de le faire, selon Adama Dieng.

AT/PHD/FH (GR_0726A )