17.07.2001 - TPIR/ARRESTATIONS - DEUX CENTS PERSONNES DEVRAIENT ETRE EN DETENTION EN 2005

Arusha 17 juillet 2001 (FH) - Deux cents personnes au total devraient être détenues sous l'autorité du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) en 2005, a indiqué le porte-parole du procureur au cours D'une interview accordée à l'agence Hirondelle.

Le porte-parole du procureur du TPIR, Florence Hartman, a affirmé que le parquet devrait procéder à une trentaine D'arrestations par an.

1 min 10Temps de lecture approximatif

Le TPIR détient actuellement quarante-neuf personnes. Ce décompte exclut cependant l'ancien premier ministre du gouvernement intérimaire, Jean Kambanda, détenu à La Haye, et l'ancien maire de Mabanza (préfecture de Kibuye, ouest du Rwanda), Ignace Bagilishema, récemment acquitté en première instance mais qui reste gardé dans "une maison de sécurité", en attendant de trouver un pays D'asile.

Quatre procès impliquant treize accusés sont en cours au TPIR. Il s'agit du procès du groupe Butare (sud du Rwanda), de groupe de Cyangugu (sud-ouest), celui des anciens responsables des médias et celui D'un ancien maire D'une commune du nord du Rwanda.

Dans une conférence de presse tenue la semaine dernière à Genève, le procureur du TPIR , la Suissesse Carla del Ponte, a annoncé que "prochainement s'ouvriront les procès des membres du gouvernement intérimaire ainsi que des militaires impliqués dans les massacres".

Depuis sa création en 1994, le TPIR a déjà jugé neuf personnes. Le TPIR est compétent pour juger le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis au Rwanda au cours de l'année 1994. Jusqu'à présent, le parquet n'a arrêté que des responsables hutus de l'ancien régime rwandais mais le procureur a déclaré à la fin de l'année dernière que des soldats de l'actuelle armée rwandaise dominée par les Tutsis pourraient être inculpés pour crimes de guerre.

AT/PHD/FH (AR_0717A )