28.06.2001 - TPIR/MEDIA - UN AUTRE TEMOIN DU PARQUET DANS l'INCAPACITE DE TEMOIGNER

Arusha, le 28 juin, 2001 (FH) - Un témoin qui devait déposer dans le "procès des media" a "des pertes de mémoire graves" et a été rayé de la liste des témoins à charge, a déclaré jeudi le substitut camerounais du procureur, William Egbe, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le témoin "PR", ainsi dénommé pour protéger son anonymat, devient en l'espace de trois jours le deuxième témoin à charge déjà arrivé au siège du TPIR qui ne témoignera finalement pas.

2 min 10Temps de lecture approximatif

Un autre témoin du parquet, désigné sous le pseudonyme "AAW", s'est désisté pour témoigner lundi dernier, en révélant qu' "après avoir prié profondément, en tant que bon musulman", il s'était rendu compte qu'une partie de ce qu'il avait déclaré aux enquêteurs était "des mensonges".

"Ma plus grande préoccupation, c'est que le témoin a des pertes de mémoire en ce qui concerne des points très importants, donc son témoignage n'a pas de valeur pour le procureur", a indiqué Egbe à la cour, ajoutant que "ce témoin a du consulter un médecin depuis qu'il est arrivé à Arusha.

Alfred Pognon, co-conseil de l'ancien conseiller au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la Radio Télévision Libre des Milles Collines (RTLM), Jean Bosco Barayagwiza, a voulu savoir si le témoin PR a réellement des pertes de mémoire ou s'il a tout simplement refusé D'être cité à la barre, exigeant du parquet de produire un procès verbal à cet effet.

Le substitut du procureur a soutenu que PR "n'est pas dans la catégorie de AAW" qui, selon le parquet a renoncé à son statut de témoin, ajoutant que pour le cas D'espèce, "nous n'allons pas demander à ce stade que des mesures de protection soient levées".

"Nous mettons ce témoin à la disposition de la partie adverse, je suis D'accord que le témoin rencontre la défense pendant son séjour à Arusha", a concédé Egbe.

Le juge sud africain Navanethem Pillay qui dirige les débats a voulu savoir si le parquet aurait des informations (en rapport avec PR) que les conseils de la défense pourraient exploiter positivement à l'avantage de leurs clients. Egbe a répondu par la négative, ajoutant qu'il produirait de telles informations s'il venait à en prendre connaissance.

Le procès dit des media regroupe, outre Barayagwiza, l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue "Kangura" Hassan Ngeze, ainsi que l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana. Les trois sont accusés de génocide et de crimes contre l'humanité. Ils plaident non coupable.

Le débat autour du témoin PR est intervenu alors qu'un autre témoin du parquet, "AEU", venait de terminer sa déposition, entamée lundi dernier. Au cours de l'audition, AEU a déclaré que Ngeze était raciste et dirigeait la branche de la CDR (parti extrémiste hutu) dans la région de Gisenyi au nord-ouest du Rwanda. Elle a indiqué que Ngeze a dirigé des attaques menées par la CDR.

Le procès se déroule devant la chambre de première instance composée, outre Navanethem Pillay, Présidente du TPIR, les juges norvégien Erik Mose, et sri lankais, Asoya de Zoysa Gunawardana.

GA/GG/JC/MBR/FH (ME_0628A)