21.06.2001 - TPIR/MEDIAS - NGEZE ALLEGUE QUE LE PARQUET A INTIMIDE UN DE SES TEMOINS

Arusha 21 juin 2001 (FH) - l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a allégué jeudi que le parquet du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a intimidé un des témoins qu'il entend citer pour sa défense.

"Le bureau du procureur est allé en Europe pour terroriser un de mes témoins", a affirmé Hassan Ngeze, ajoutant qu'il allait déposer une requête formelle à ce sujet.

1 min 40Temps de lecture approximatif

l'ancien journaliste a indiqué que l'incident en question a été filmé à l'aide "D'une caméra cachée" et qu'il en projettera les images le moment venu.

La présidente de la chambre, la juge sud-africaine Navanethem Pillay, a conseillé à Hassan Ngeze de transmettre sa requête à la cour par l'intermédiaire de ses défenseurs. Hassan Ngeze est représenté par l'avocat américain, Me John Floyd, et un confrère canadien, Me René Martel, dont il réclame le départ depuis plusieurs mois.

"Je ne veux pas transmettre la requête par mon conseil [Me Floyd]. Si vous voulez, vous pouvez la rejeter, mais je ne vais pas le faire", a déclaré Hassan Ngeze. Le substitut américain du procureur, Stephen Rapp, a répondu: "Moi je ne suis pas au courant qu'il y aurait eu un contact quelconque avec les témoins de M.Ngeze."

Dans le passé, le parquet avait de son côté accusé Hassan Ngeze D'avoir tenté D'intimider un témoin à charge, en lui envoyant une carte de voeux à l'occasion du jeûne musulman.

Hassan Ngeze est co-accusé avec l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, ainsi que l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initaitive de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, dans le cadre du procès des anciens responsables "des médias de la haine."

Jeudi, le Tribunal a entamé l'audition du vingt-quatrième témoin de l'accusation. Désigné par le pseudonyme "AGK", pour protéger son anonymat, le témoin a affirmé que"Barayagwiza était quelqu'un qui pratiquait la discrimination ethnique et régionale".

Avant la comparution de AGK, les avocats de la défense avaient tenté D'obtenir l'annulation de la déposition du témoin précédent, arguant que le parquet avait preuve de "légèreté" dans la présentation de sa cause.

l'avocat français de Ferdinand Nahimana a notamment indiqué que le bureau du procureur a porté des accusations graves contre Hassan Ngeze par le biais de ce témoin mais a refusé "D'aller aux constatations matérielles, aux origines de l'information, à la meilleure preuve."

AT/PHD/FH (ME_0621A)