20.06.2001 - TPIR/BUTARE - SYLVAIN NSABIMANA ACCUSERAIT PAULINE NYIRAMASUHUKO

Arusha 20 juin 2001(FH)- l'ancien préfet de Butare (sud du Rwanda), Sylvain Nsabimana, accuserait l'ex-ministre de la famille et de la promotion féminine, Pauline Nyiramasuhuko, jugée avec lui, selon la défense de l'ancienne ministre.

"l'accusé Sylvain Nsabimana a déposé des documents pour sa défense, et à la lecture de ces documents, il implique Pauline Nyiramasuhuko.

1 min 20Temps de lecture approximatif

N'ayant pas réussi à avoir des procès séparés, nous vous demandons que Mme Nyiramasuhuko puisse contre-interroger après Nsabimana", a plaidé mercredi l'avocate canadienne de Pauline Nyiramasuhuko, Me Nicole Bergevin.

Me Bergevin s'exprimait peu avant le début du contre-interrogatoire du premier témoin de l'accusation, l'enquêteur jordanien du parquet, Gandhi Shukri, qui dépose depuis le 12 juin dernier en interrogatoire principal. l'avocate canadienne a contesté l'ordre D'intervention des avocats arrêté par la cour, indiquant qu'il pourrait porter préjudice à sa cliente. Selon cet ordre, la défense de Nyiramasuhuko doit s'exprimer en premier lieu lors de tous les contre-interrogatoires fixés jusqu'au 28 juin.

Au cours D'un débat consacré à ce sujet mardi, le co-conseil camerounais de Nsabimana, Me Charles Tchakounté Patie, avait souhaité que l'ordre D'intervention soit fixé après l'interrogatoire principal de chaque témoin à charge.

La requête de Me Bergevin a été rejetée. "La chambre estime que cette question a été réglée une fois pour toutes hier, et l'on ne saurait y revenir" a déclaré le juge tanzanien, William Hussein Sekule, qui préside les débats.

Outre Sylvain Nsabimana, Pauline Nyiramasuhuko est co-accusée avec son fils, Arsène Shalom Ntahobali, l'ex-préfet de Butare, Alphonse Nteziryayo, ainsi que les ex-maires, de Ngoma, Joseph Kanyabashi, et de Muganza, Elie Ndayambaje.

Le premier témoin du parquet a été D'abord contre-interrogé par l'avocat canadien Me Guy Poupart, co-conseil de Pauline Nyiramasuhuko. Les autres suivront. Le procès se déroule devant la deuxième chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) comprenant outre le juge Sekule, la juge malgache Arlette Ramaroson et le juge lesothan Winston Churchill Matanzima Maqutu.

BN/AT/PHD/FH/(BT_0620A)