07.06.2001 - TPIR/MEDIAS - LA DEFENSE RELATIVISE l'IMPACT DE LA REVUE KANGURA

Arusha 7juin 2001 97 (FH) - La défense a relativisé l'impact de la revue Kangura au cours D'un débat dans le procès des anciens responsables des "médias de la haine" en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat américain, Me John Floyd, qui représente l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, un des coaccusés dans ce procès, a soutenu que moins de trente pour cent des Rwandais savaient lire dans les années 1990, démontrant par là que l'impact D'une revue comme Kangura ne pouvait qu'être minime.

1 min 34Temps de lecture approximatif

Me Floyd contre-interrogeait un témoin du parquet, désigné sous le pseudonyme "GO", qui dépose depuis plusieurs jours sur la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM) et par ricochet, sur le journal Kangura.

Le parquet allègue que la RTLM et Kangura ont été créés dans le but de diffuser des idées extrémistes. Selon Me Floyd, seule une petite élite bourgeoise pouvait accéder à la revue Kangura.

Le témoin, qui a reconnu ne pas avoir étudié le cas Kangura en particulier mais rédigé des rapports sur les médias privés en général, a répondu que certes dans la société rwandaise à tradition orale, la culture de la lecture n'était pas développée, mais que les informations se transmettaient de bouche à oreille.

M.GO a ajouté que la revue Kangura faisait sa publicité à la RTLM, "de telle manière que les gens savaient de quoi le journal parlait", sans l'avoir nécessairement lu. Le témoin, qui travaillait au ministère de l'information en 1994, a indiqué ne pas se rappeler de la périodicité de Kangura. Il a également affirmé que Kangura était vendu et non distribué gratuitement.

Le procès des médias concerne outre Hassan Ngeze, l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, et l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza.

GO devrait terminer sa déposition jeudi dans l'après-midi. Une conférence de mise en état prévue dans la soirée devrait préciser le calendrier des futures audiences. Le Parquet a déjà cité vingt et un témoins dans ce procès sur la quarantaine prévue. La liste définitive des témoins de l'accusation est toujours restée hypothétique.

AT/PHD/FH (ME_0607A)