01.06.2001 - TPIR/AKAYESU - LES DEFENSEURS CRITIQUENT LA DECISION DE LA CHAMBRE D'APPEL

Arusha 1er juin 20001 (FH) - Les avocats de la défense ont fermement critiqué la décision de confirmer le jugement de culpabilité contre l'ancien maire de Taba (préfecture de Gitarama, centre du Rwanda), Jean-Paul Akayesu, et son emprisonnement à vie rendue publique vendredi par la chambre D'appel du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR).

"C'est une journée triste pour la justice internationale", a affirmé l'avocat canadien, Me André Tremblay, co-conseil dans le procès D'Akayesu, en commentant l'arrêt de la chambre D'appel.

2 min 8Temps de lecture approximatif

l'avocat principal, le Canadien Me John Philpot, a pour sa part indiqué que la chambre a rendu un jugement sans motif. Me Philpot a particulièrement déploré le fait que la chambre D'appel a rejeté une requête en révision introduite par Akayesu, alors que, selon elle, elle était valable.

La défense avait affirmé avoir découvert des preuves de la fabrication de témoignages à charge contre Akayesu, qui auraient pu amener la chambre D'appel à annuler le jugement rendu en première instance. Les avocats allèguaient que cette opération de fabrication des preuves aurait été organisée par le successeur de l'accusé à la tête de la mairie de Taba, Ephrem Karangwa, et un ancien préfet militaire de Gitarama dont le nom n'a pas été cité. Ephrem Karangwa a lui-même témoigné contre Akayesu.

La défense a indiqué qu'elle tenait ces informations D'un témoin tutsi de l'accusation, aujourD'hui exilé. Désigné sous le pseudonyme BBB par craintes de représailles, ce témoin, qui a grandi avec Akayesu, était prêt à déposer devant la cour, selon les avocats.

"Jean-Paul Akayesu a la conscience tranquille. Il est noble. Il ne s'écrasera pas. Il sent que le peuple rwandais va réagir", a déclaré Me Philpot. l'avocat canadien a qualifié son client de "Dreyfus africain".

Dans un communiqué remis à la presse après l'arrêt de la chambre, Jean-Paul Akayesu a lui-même écrit: "Ma conscience reste tranquille. Elle ne me reproche rien. Je reste innocent malgré la conduite du TPIR qui ferme les yeux et bouche les oreilles devant mes réclamations et mes démonstrations D'innocence. Le peuple rwandais, à commencer par la population de Taba, ne cessera de plaider mon innocence. J'exhorte le peuple rwandais, tant de l'intérieur que de l'extérieur à faire preuve de courage pour mettre fin au malheur qui frappe ses filles et fils, pour arrêter le fléau de la haine ethnique grandissante".

S'exprimant au nom des avocats de la défense exerçant au TPIR, l'avocat togolais du général Gratien Kabiligi, Me Jean Yaovi Degli, a déclaré que :"C'est une journée de deuil pour la défense.". Me Degli a ajouté que c'était cependant " une journée de prise de conscience et le début D'un long combat."

"Si la justice humaine n'existe pas, la justice de l'histoire existe", a souligné Me Degli, citant une erreur de droit découverte dans un jugement rendu à Nuremberg. "Ce qui nous inquiète tous, c'est le caractère D'équité, de la transparence, le caractère de la recherche de la vérité qui font défaut dans ce Tribunal", selon Me Degli. "Il est indispensable que nous, les avocats de la défense continuions à nous battre pour cette justice, cette transparence et cette équité", a-t-il conclu.

AT/PHD/FH (AK_0601B)