14.03.2001 - TPIR/MEDIAS - l'AVOCAT DE NGEZE DEMANDE QU'UN TEMOIN SOIT DECLARE "HOSTILE" A

Arusha, le 14 mars 2001 (FH)- l'avocat de l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a demandé qu'un témoin rwandais du parquet soit déclaré "hostile à la défense" lors D'une audience, mercredi, dans le procès des médias en cours devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat canadien, Me René Martel, co-conseil dans l'affaire Ngeze, a en conséquence sollicité que la déposition du douzième témoin de l'accusation soit rejetée par la cour.

1 min 43Temps de lecture approximatif

Adrien Rangira , un ancien journaliste devenu député au parlement rwandais, témoigne dans ce procès depuis lundi.

"Il me tutoie […] Il a dit que je faisais des affirmations gratuites. Je ne peux pas accepter un tel traitement", a déclaré Me Martel, ajoutant que "ce traitement est visiblement hostile". Me Martel a soutenu que le témoin n'avait aucune connaissance des faits qu'il rapportait et a conclu qu'il n'était pas crédible.

Adrien Rangira a témoigné sur la revue Kangura et la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM) considérées par le parquet comme "des médias de la haine".

La présidente de la chambre, la juge sud-africaine Navanethem Pillay, a invité l'avocat à réserver ses commentaires au stade de la plaidoirie finale et a exhorté le témoin à observer les règles normales de courtoisie, particulièrement lorsqu'il utilise la langue française.

Le substitut camerounais du procureur, William Egbe, s'était auparavant plaint du "harcèlement" du témoin par la défense de Hassan Ngeze. "Les questions répétées constituent un harcèlement du témoin. Les trois dernières questions font que le témoin réagit D'une façon inappropriée […] Le témoin à qui sont posées les mêmes questions se sent harcelé", a plaidé William Egbe.

Adrien Rangira avait indiqué qu'il ne voulait plus répondre à des questions relatives aux caricatures parues dans Kangura et dans D'autres journaux que lui posait l'avocat de Hassan Ngeze. Mardi, le Tribunal avait expliqué au témoin qu'il avait le devoir de répondre à toutes les questions, à moins qu'il ne s'agisse de questions qui pourraient éventuellement l'incriminer.

Le contre-interrogatoire D'Adrien Rangira a souvent été caractérisé par des joutes oratoires entre la défense de Hassan Ngeze et le parquet, amenant le Tribunal à rappeler les deux parties à l'ordre.

Le procès des médias concerne outre Hassan Ngeze, l'ancien promoteur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, et l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza. Adrien Rangira sera dans la suite contre-interrogé par la défense de Ferdinand Nahimana.

AT/PHD/FH(ME_0314A)