01.03.2001 - TPIR/MEDIAS - LA DEFENSE OBTIENT l'ANNULATION PARTIELLE D'UN TEMOIGNAGE A CHARGE

Arusha 1er mars 2001 (FH) - La défense de l'ex-directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze, a obtenu l'annulation D'une partie D'un témoignage à charge dans le procès des anciens responsables "des médias de la haine", jeudi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat américain de Hassan Ngeze, Me John Floyd, a plaidé l'annulation partielle de la déposition du neuvième témoin de l'accusation, arguant qu'elle contenait des allégations qui n'avaient pas été préalablement communiquées à la défense.

1 min 26Temps de lecture approximatif

Désigné par les lettres "FW" pour protéger son anonymat, le témoin devait initialement déposer contre l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM), Ferdinand Nahimana, et l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, coaccusés avec Hassan Ngeze.

La représentante américaine du parquet, Simone Monasebian, lui a néanmoins posé des questions concernant Hassan Ngeze, provoquant la protestation de son équipe de défense.

Me Floyd est assisté par l'avocat canadien, Me René Martel, dans la défense de Hassan Ngeze.

La chambre a estimé que, dans le cas D'espèce, l'accusé Ngeze subit un préjudice, du fait qu'il n'y a pas eu notification préalable des éléments de preuve contestés.

Le président de la chambre, la juge sud-africaine Navanethem Pillay, a décidé que cette partie de la déposition ne sera pas tenue en ligne de compte au cours du contre-interrogatoire.

Le parquet a pris l'habitude de rencontrer ses témoins quelques jours seulement avant leur comparution et de les interroger en vue D'obtenir des éléments de preuve complémentaires à leurs déclarations antérieures.

Simone Monasebian a demandé aux juges de lui indiquer comment elle devra désormais procéder si, avant l'audience, elle rencontre un témoin qui aurait des informations additionnelles contre les accusés.

La présidente de la chambre, la juge Navanethem Pillay, a répondu que "les juges ne sont pas ici pour guider le procureur sur la manière dont il doit conduire sa cause". La déposition de FW devrait se poursuivre toute la journée.

AT/FH (ME_0301A )