20.02.2001 - TPIR/MEDIAS - NAHIMANA NE RECRUTAIT PAS LE PERSONEL DE l'ORINFOR, SELON LA DEFENSE

Arusha 20 février 2001 (FH) - l'ancien promoteur de la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM),Ferdinand Nahimana, n'était pas compétent pour recruter le personnel quand il était directeur de l'Office rwandais D'information (ORINFOR), a soutenu sa défense lors du contre-interrogatoire D'un témoin de l'accusation, mardi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocate anglaise Me Diana Ellis, co-conseil dans l'affaire Nahimana, a affirmé que le recrutement à l'ORINFOR était soumis à des règles fixées par le conseil D'administration "et qu'il ne s'agissait pas D'une affaire privée".

1 min 48Temps de lecture approximatif

Le septième témoin de l'accusation, entendu lundi et mardi, avait indiqué que "Nahimana recrutait principalement des personnes qui étaient de sa région natale de Ruhengeri [nord-ouest du Rwanda]. Ce que je peux affirmer, pendant cette période, c'est que Nahimana n'a jamais recruté des Tutsis", au moment où il a dirigé l'ORINFOR entre 1991 et 1992.

Le témoin a précisé que les candidats étaient sélectionnés par un jury composé de représentants de toutes les sections et que les meilleurs D'entre eux étaient transmis au directeur de l'ORINFOR, qui en examinait la liste, avant de l'envoyer à son tour au conseil D'administration.

"Le directeur examinait cette liste, faisait des commentaires en disant J'accepte tel candidat. Alors il transmettait la liste des candidats qu'il avait choisis au conseil D'administration", selon le témoin qui s'exprimait en sa langue maternelle, le kinyarwanda.

"Le conseil D'administration avait la compétence D'engager les gens au niveau inférieur, les gens de niveau moyen étaient engagés par le ministère de la fonction publique et les gens de niveau supérieur par arrêté présidentiel", a-t-il poursuivi.

Me Ellis a fait remarquer que le conseil D'administration de l'ORINFOR était composé en majorité de personnalités n'appartenant pas au même parti politique que Ferdinand Nahimana.

l'avocate a par ailleurs tenté de démontrer que la plupart des postes de responsabilité à l'ORINFOR étaient occupés par des cadres non originaires de la même région que Ferdinand Nahimana, laissant ainsi entendre que l'accusé ne faisait de discrimination.

Ferdinand Nahimana est coaccusé avec l'ancien conseiller politique au ministère des affaires étrangères, Jean-Bosco Barayagwiza, et l'ancien directeur et rédacteur en chef de la revue Kangura, Hassan Ngeze.

Jean-Bosco Barayagwiza boycotte ce procès depuis son ouverture sur le fond en octobre 2000, arguant que le TPIR ne peut le juger équitablement. Il est représenté par un avocat italien , Me Giacomo Barleta Caldarera, qu'il ne reconnaît pas.

De son côté, Hassan Ngeze demande le remplacement de ses avocats, expliquant qu'il a perdu confiance en eux. Deux audiences à huis clos ont été consacrées à cette question lundi et mardi. Hassan Ngeze est représenté par les avocats américains, Me John Floyd, et canadien, Me René Martel.

AT/PHD/FH (ME_0220B)