26.01.2001 - TPIR/KAJELIJELI - l'EX-MAIRE DE MUKINGO PLAIDE NON COUPABLE SUR BASE D'UN ACTE MODIFIE

Arusha 26 janvier 2001 (FH) - l'ancien maire de Mukingo (préfecture de Ruhengeri, nord du Rwanda), Juvénal Kajelijeli, a plaidé non coupable, sur la base D'un acte D'accusation modifié, lors D'une audience de comparution initiale organisée vendredi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Jeudi, le Tribunal avait autorisé le parquet à amender l'acte D'accusation contre l'ancien maire de Mukingo et instruit le greffe de programmer une audience pour que l'accusé plaide sur les nouvelles charges.

1 min 48Temps de lecture approximatif

Juvénal Kajelijeli, 50 ans, répond de onze chefs de génocide et de crimes contre l'humanité incluant des viols.

l'accusé avait l'intention de détruire les Tutsis en tant que groupe ethnique, selon le procureur. l'accusé a ordonné et supervisé des massacres de Tutsis dans la commune Mukingo et dans la région avoisinante, allègue le parquet.

Le procureur affirme que l'accusé consultait régulièrement l'ancien secrétaire général de l'ex-parti présidentiel, Joseph Nzirorera, pour la commission des crimes qui lui sont reprochés.

Juvénal Kajelijeli se trouvait dans la même maison que Joseph Nzirorera lorsqu'ils ont été arrêtés le 5 juin 1998 à Cotonou (Bénin).

Originaires de la même commune, Juvénal Kajelijeli entretenait avec Joseph Nzirorera des "liens étroits qui lui ont valu autorité et prestige", note l'accusation.

"Cette relation avec une personnalité aussi influente que Joseph Nzirorera a permis à Juvénal Kajelijeli de faire fi des autorités locales, de mener à bien ses exactions contre la population tutsie et D'échapper à toute sanction pénale", poursuit-elle.

l'acte D'accusation souligne qu'entre 1991 et 1993, Juvénal Kajelijeli a fondé et dirigé un groupe de miliciens Interahamwe, qui ont reçu un entraînement militaire, des armes et des listes de Tutsis à éliminer. l'accusé aurait participé activement à l'entraînement des Interahamwe et à la distribution D'armes.

Le procureur affirme que l'accusé a été reconduit au poste de maire en juin 1994. Il l'avait occupé de 1988 à 1993. En sa qualité de maire, Juvénal Kajelijeli exerçait de l'autorité sur ces subordonnés, dont des membres de la police communale et des gendarmes, note le procureur.

Juvénal Kajelijeli avait, dans un premier temps, été accusé avec D'autres anciens notables, dont Joseph Nzirorera, mais le Tribunal avait par la suite ordonné un procès séparé pour l'ancien maire. Il a comparu devant le juge turc, Mehmet Güney, de la deuxième chambre de première instance du TPIR.

Son procès aurait dû commencer le 22 janvier mais il a été ajourné. Il devrait s'ouvrir le 14 mars et être immédiatement suspendu pour reprendre au mois de juin. Juvénal Kajelijeli a indiqué qu'il plaidait non coupable "parce que ce sont de purs mensonges, M. le président." l'avocat américain de Juvénal Kajelijeli, Me Lennox Hinds, a signalé qu'il allait déposer une requête contestant l'acte D'accusation modifié.

AT/PHD/FH (KJ_0126A)