20.11.2000 - TPIR/CYANGUGU - DEUX DES ACCUSES AURAIENT DISTRIBUE DES ARMES POUR ATTAQUER UNE PAROISS

Arusha 20 novembre 2000 (FH) - Deux accusés faisant partie du groupe dit de "Cyangugu" (sud-ouest du Rwanda) auraient distribué des armes pour attaquer une paroisse à la mi-avril 1994, a affirmé un témoin, lundi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda(TPIR).

Désigné par les lettres "LAM" pour protéger son anonymat, le onzième témoin de l'accusation a affirmé que l'ancien préfet de Cyangugu, Emmanuel Bagambiki, et l'ex-commandant de la garnison militaire de la place, le lieutenant Samuel Imanishimwe, ont distribué des armes à feu aux miliciens, qu'ils ont utilisées pour attaquer la paroisse de Nyamasheke où des Tutsis avaient pris refuge pendant le génocide de 1994.

1 min 44Temps de lecture approximatif

l'ancien préfet Bagambiki et l'ex-commandant Imanishimwe sont coaccusés avec l'ancien ministre des transports et communications sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura, originaire de Cyangugu. Le parquet affirme qu'ils se sont entendus pour exterminer les Tutsis dans cette préfecture.

"Moi personnellement je confirme que le préfet et le commandant sont venus à Nyamasheke en apportant des armes. Ce n'est pas quelque chose qu'on m'a rapporté. C'est quelque chose que J'ai vu personnellement", a indiqué M.LAM, qui s'exprimait dans sa langue maternelle, le kinyarwanda.

Le témoin répondait à une question de l'avocat canadien, Me Luc Boutin, co-conseil de la défense de l'ancien préfet Bagambiki.

l'avocat canadien a plaidé que son client ne s'est jamais rendu à Nyamasheke mi-avril 1994, ni qu'il a participé à une quelconque distribution D'armes à cet endroit ou ailleurs.

"Je ne sais pas répondre à cette question. A moins que les Tutsis ne soient pas morts à cette date" du 15 avril 1994 à Nyamasheke, a rétorqué le témoin LAM.

Le témoin qui, au moment des faits, était membre de la Coalition pour la défense de la république (CDR, parti extrémiste hutu), a avoué avoir personnellement pris part à l'attaque contre l'église de Nyamasheke.

LAM a rapporté qu'avant le massacre, l'information avait circulé selon laquelle des réfugiés s'étaient organisés pour attaquer les Hutus de la région. Selon le témoin, la paroisse de Nyamasheke a été attaquée trois fois en avril 1994.

La déposition de LAM a commencé le 2 novembre dernier mais elle a été suspendue après son interrogatoire principal, la chambre ayant programmé le procès de l'ancien maire de Bicumbi (préfecture Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza, qui alterne avec celui du groupe Cyangugu.

Le groupe Cyangugu comparaît devant la troisième chambre de première instance présidée par le juge jamaïcain George Williams et comprenant en outre les juges russe, Yakov Ostrovsky, et slovène, Pavel Dolenc. Le témoignage de LAM devrait se poursuivre lundi après midi.

AT/PHD/FH (CY%1120A)