09.11.2000 - TPIR/SEMANZA - l'EX-MAIRE DE BICUMBI A PARTICIPE AUX MASSACRES, SELON UN TEMOIN

Arusha 9 novembre 2000 (FH) - l'ex-maire de Bicumbi (préfecture de Kigali rural, centre du Rwanda) Laurent Semanza a participé aux massacres de Tutsis dans sa commune, a déclaré un témoin de l'accusation, jeudi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Désigné sous le pseudonyme "VN" pour protéger son anonymat, le quatrième témoin de l'accusation a affirmé avoir vu l'accusé à la colline de Mwulire où s'étaient rassemblés plusieurs Tutsis qui avaient fui leurs domiciles entre le 11 et le 18 avril 1994.

2 min 16Temps de lecture approximatif

"Je me rappelle bien, il est venu le dernier jour qui était décisif. Le jour où ils avaient décidé de lancer une attaque D'envergure pour nous exterminer," a dit le témoin. "VN" a précisé : "Il est arrivé au bord D'une camionnette de couleur rouge appartenant à l'école APEDA, et à bord de ce véhicule se trouvaient également les Interahamwe et leurs équipements".

Le témoin "VN" a expliqué que "les assaillants étaient armés de fusils, de grenades et D'armes traditionnelles". "Certaines armes étaient entreposées au bureau communal, mais les plus importantes étaient stockées à la résidence de Semanza," a ajouté le témoin.

Le témoin a expliqué que ce sont ces armes stockées chez l'accusé dont les Interahamwe se sont servi le 20 avril 1994 pour affronter l'armée patriotique rwandaise (APR), déjà arrivée sur les lieux, après la fuite de l'accusé. Ce sont les combats qui s'y sont livrés qui ont endommagé la résidence de l'ex-maire, selon le témoin. Le procureur a montré à la chambre une photo du domicile endommagé de Semanza.

Pour prouver l'existence D'un stock D'armes à la commune, "VN" a indiqué que le 7 avril au matin, à la nouvelle de la mort du feu président Juvénal Habyarimana, beaucoup de gens s'étaient assemblés au bureau communal." En entrant ils n'avaient rien, mais à la sortie ils avaient des fusils" a affirmé le témoin.

"VN" a déclaré à la Chambre que l'accusé avait organisé des entraînements de miliciens dans un boisement situé au pied de la colline Nzige, tout près du bureau communal, auxquels prenaient part également certains agents de la commune Bicumbi.

Le témoin a affirmé en outre que "même s'il n'était plus bourgmestre, Semanza travaillait à travers celui en place", précisant que "Semanza était quelqu'un de très important et très proche du régime Habyarimana, dont il était un ami particulier".

"VN" a expliqué que Semanza était le parrain D'un fils du défunt président, que ce dernier avait acquis des propriétés dans la commune Bicumbi grâce à l'accusé, et qu'à un moment l'ex-maire avait conduit les cérémonies de mariage de l'une des filles de Habyarimana, à l'hôtel Impala dans la ville de Kigali.

Pour marquer l'importance de l'accusé, le témoin a dit à la Chambre que l'ex-ministre rwandais de l'éducation Pierre Claver Mutemberezi, avait été limogé parce qu'il avait refusé des places aux enfants de protégés de Semanza, dans des établissements publics secondaires.

Au moment des faits qui lui sont reprochés, Laurent Semanza était membre du comité central du parti présidentiel et député désigné de ce parti à l'assemblée nationale de transition, prévue par les accords de paix D'Arusha.

l'accusé comparaît devant la troisième chambre de première instance du TPIR présidée, dans cette affaire, par le juge russe Yakov Ostrovsky.

Le procès devrait se poursuivre lundi avec le contre-interrogatoire du témoin.

BN/JC/PHD/FH (SE%1109A )