02.11.2000 - TPIR/NTAKIRUTIMANA - PERE ET FILS EN PROCES CONJOINT EN AVRIL PROCHAIN

Arusha 02 novembre 2000 (FH) - Le procès conjoint du pasteur rwandais Elizaphan Ntakirutimana et son fils Gérard devrait commencer le 23 avril 2001 devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda(TPIR), a-t-on appris jeudi à Arusha.

Initialement prévu en janvier, le procès a été reporté sur demande de la défense lors D'une audience à huis clos, indique-t-on de bonne source.

1 min 49Temps de lecture approximatif

Ntakirutimana fils, médecin, a plaidé non-coupable jeudi, sur base D'un acte D'accusation amendé, mettant l'accent sur sa responsabilité présumée dans des massacres perpétrés à l'hôpital de Mugonero, préfecture de Kibuye (ouest du Rwanda).

Les deux Ntakirutimana sont poursuivis pour génocide, entente en vue de commettre le génocide, crimes contre l'humanité et violations graves des conventions de Genève applicables en temps de guerre. Le parquet leur reproche particulièrement D'avoir planifié et pris part à des massacres de
réfugiés tutsis dans le complexe de Mugonero et dans les collines de Bisesero .

Le complexe de Mugonero comprend une église dont Ntakirutimana père était responsable, et un hôpital dont le fils était directeur. Ntakirutimana père et fils sont accusés conjointement mais en deux actes D'accusation qui leur reprochent séparément des crimes commis à Mugonero et à Bisesero. l'acte D'accusation de Mugonero inclut également le nom de l'ex-maire de Gishyita, Charles Sikubwabo, qui est toujours en fuite.

Le substitut nigérian du procureur, Charles Philips-Adéogun a indiqué à l'agence Hirondelle, que comme Sikubwabo est toujours en fuite, alors que le procès approche, son équipe devrait demander la séparation et continuer le procès.

Le parquet a demandé jeudi, dans une requête orale, de conduire le procès sur base des deux actes D'accusation. La chambre avait précédemment rejeté une requête en vue de les fusionner, après que la défense ait plaidé contre.

" C'était une erreur D'avoir deux actes D'accusation", a dit Charles Philips à l'agence Hirondelle. "Ça donne l'impression qu'il y a deux événements différents alors que ce n'est pas le cas, parce que l'acte D'accusation lui-même indique clairement que les survivants des attaques de Mugonero se sont réfugiés à Bisesero" a-t-il poursuivi.

Elizaphan Ntakirutimana est défendu par l'ancien procureur général des Etats-Unis, Ramsey Clark, et son fils Gérard est représenté par un autre avocat américain de renom, Edward Medvene.
Gérad Ntakirutimana a été arrêté en Côte D'Ivoire en octobre 1996, et transféré au centre de détention des Nations Unies à Arusha au mois de novembre de la même année. Son père a D'abord été arrêté en septembre 1996 aux Etats Unis, puis relâché, et réincarcéré en février 1998. Il a été finalement transféré à Arusha le 24 mars 2000, au terme D'une longue bataille contre son transfert.

JC/BN/AT/MBR/FH (NT%1102A)