24.10.2000 - TPIR/CYANGUGU - l'ANCIEN PREFET AURAIT DONNE DE l'ARGENT POUR ENCOURAGER AUX MASSACRES

Arusha 24 octobre 2000 (FH) - l'ancien préfet de Cyangugu (sud-ouest du Rwanda), Emmanuel Bagambiki, aurait donné de l'argent pour encourager aux massacres de Tutsis, selon un témoin entendu mardi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Le témoin "LAJ" cité par l'accusation, a affirmé que Bagambiki lui a avancé 50.

1 min 11Temps de lecture approximatif

000 francs rwandais, après une réunion tenue à Kamembe, près de Cyangugu, "pour lui remonter le moral", a-t-il dit.

M.LAJ, un militaire retraité qui avait été recruté pour "la défense civile", a indiqué que l'ancien préfet a offert en tout 300.000 francs.

Le commandant de la garnison militaire de la place, le lieutenant Samuel Imanishimwe, aurait été présent, quand le témoin recevait cet argent. Imanishimwe aurait, en ce qui le concerne, distribué des grenades.

Bagambiki est coaccusé avec Imanishimwe ainsi que l'ancien ministre des transports sous le gouvernement intérimaire, André Ntagerura.

Ntagerura aurait, quant à lui, pris la parole au cours de deux réunions publiques auxquelles a assisté le témoin en janvier et mars 1994. l'ancien ministre aurait recommandé la vigilance à son auditoire, car "l'ennemi" viendra. Le terme "ennemi" désignait les Tutsis, selon LAJ.

l'avocat canadien de Ntagerura, Me Henry Benoît, au cours du contre-interrogatoire, a relevé des contradictions entre les déclarations antérieures du témoin et sa déposition devant la cour.

Me Henry Benoît a notamment signalé que LAJ avait auparavant déclaré qu'il n'était pas capable de quitter sa maison entre janvier et avril 1994, en raison de la paralysie. LAJ a répondu qu'il avait simplement indiqué que ses mouvements étaient limités.

Les coaccusés sont jugés par la troisième chambre de première instance présidée par le juge jamaïcain, George Williams et comprenant en outre les juges slovène, Pavel Dolenc et russe, Yakov Ostrovsky.

SW/AT/DO/FH (CY%1024A )