16.10.2000 - TPIR/SEMANZA - LE PROCES DE l'ANCIEN MAIRE DE BIKUMBI S'EST OUVERT LUNDI

Arusha 16 octobre 2000 (FH) - Le procès de l'ancien de Bicumbi (préfecture de Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza, a commencé lundi devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Laurent Semanza, 56 ans, répond de quatorze chefs D'accusation portant sur des massacres de Tutsis dans les communes de Gikoro et de Bicumbi.

1 min 37Temps de lecture approximatif

Le parquet lui reproche également "D'avoir planifié, ordonné et encouragé des miliciens, en particulier les Interahamwe, et D'autres personnes, à violer les femmes tutsies ou à commettre D'autres actes portant atteinte à la dignité des femmes tutsies".

Au cours D'une déclaration liminaire, le substitut nigérian du procureur Chile Eboe Osuji a décrit l'accusé comme "un des sujets humains à travers qui l'ange de la mort a sévi sur le Rwanda" en 1994.

Le représentant du parquet a affirmé que Laurent Semanza était un homme influent, proche de l'ancien président Juvénal Habyarimana, dont la mort a été suivie du déclenchement du génocide anti-tutsi et des massacres D'opposants qui ont fait plus de 500.000 victimes.

"M. Semanza était influent quand il s'agissait de nommer les ministres ou de les révoquer", a expliqué Chile Eboe Osuji, ajoutant que "c'était l'homme par qui tout passait".

Le représentant du parquet a également affirmé que l'épouse de l'accusé "avait la réputation D'être la voyante du président Habyarimana."

Arrêté au Cameroun en mars 1996, Laurent Semanza est défendu par l'avocat camerounais, Me Charles Taku, et un confrère béninois, Me Sadikou Alao.

Peu avant l'ouverture du procès, la Cour a examiné une demande du gouvernement belge "en amicus curiae" (amie de la cour) dans cette affaire. La Belgique entend intervenir au sujet de l'application des Conventions de Genève relatives aux crimes de guerre pour lesquels l'accusé est également poursuivi. La Belgique craint que le TPIR n'en fasse une interprétation "restrictive".

Le Tribunal a indiqué qui si la demande de la Belgique était acceptée, un représentant de ce pays serait autorisé à exprimer son point de vue au moment de la présentation des arguments finaux des parties.

Le procès de l'ancien bourgmestre Laurent Semanza (un nom kinyarwanda qui renferme lui-même le mot procès) se déroule devant la troisième chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge russe Yakov Ostrovsky et comprenant en outre les juges jamaïcain, George Williams, et slovène, Pavel Dolenc.

Le premier témoin de l'accusation devrait commencer sa déposition lundi à 15 heures locales (12 heures GMT).

AT/PHD/FH (SE%1016A. )