06.06.2000 - TPIR/NZIRORERA - JOSEPH NZIRORERA DEMANDE UN PROCES SEPARE

Arusha 6 juin 2000 (FH) - l'ancien secrétaire général de l'ex-parti présidentiel rwandais, Joseph Nzirorera, a demandé un procès séparé, mardi, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

l'avocat américain de Joseph Nzirorera, Me Andrew McCartan a expliqué que dans l'acte D'accusation existant : "il est dit que M.

1 min 28Temps de lecture approximatif

Nzirorera était membre du gouvernement intérimaire. Ce qu'il n'a jamais été", a-t-il plaidé. "Il dit qu'en étant membre du gouvernement, mon client est coupable par association", a poursuivi Me McCartan, reprochant au procureur de "vouloir le beurre et l'argent du beurre".

Lundi, le procureur avait demandé que Joseph Nzirorera soit jugé avec deux autres hommes politiques, liés, selon lui, par leurs activités au sein de l'ex-parti présidentiel, le MRND, et de sa jeunesse, les Interahamwe. Les Interahamwe sont considérés comme le fer de lance du génocide
anti-tutsi et des massacres D'opposants qui ont fait plus de cinq cents mille morts en 1994.

Me McCartan a affirmé que c'est un déni de justice, lorsque le procureur tente D'inclure son client dans différents groupes. l'avocat américain a soutenu que cela constituait une violation du règlement. La défense de Nzirorera a par ailleurs souligné que si l'ancien politicien n'obtient pas un procès séparé, il y aura un conflit D'intérêt avec ses coaccusés.

Le substitut australien du procureur, Ken Fleming, a répondu que l'accusé n'était pas poursuivi en tant que membre D'un groupe "mais pour la sale besogne qu'il a accomplie lui-même. Le MRND était l'instrument qu'il a utilisé lui-même, avec les Interahamwe, pour exécuter les massacres". Ken Fleming a indiqué qu'en jonction D'instances, chaque accusé a les mêmes droits que s'il était jugé séparément.

l'avocat de Trinidad et Tobago, Me Charles Roach, de l'ancien président du MRND, Mathieu Ngirumpatse, qui avait été invité, a suggéré qu'en cas de débat sur une disjonction D'instances, tous les coaccusés devaient être présents.

l'affaire a été mise en délibéré par la deuxième chambre de première instance du TPIR, présidée par le juge sénégalais, Laïty Kama. La chambre comprend en outre les juges tanzanien, William Hussein Sekule , et turc, Mehmet Güney.

AT/MBR/FH (NZ%0606A. )