30.05.2000 - TPIR/RUGGIU - LA SENTENCE CONTRE GEORGES RUGGIU CONFIRMEE POUR JEUDI 1 JUIN

Arusha 30 mai 2000 (FH) - Le prononcé public de la sentence contre l'ancien journaliste italo-belge à la Radio-télévision libre des Milles collines (RTLM), Georges Ruggiu, a été confirmée pour jeudi prochain, a-t-on appris à Arusha.

Le 15 mai dernier, Georges Ruggiu a plaidé coupable D'incitation à commettre le génocide et de crime contre l'humanité (persécution).

1 min 58Temps de lecture approximatif

Georges Ruggiu a reconnu avoir "directement et publiquement incité à des meurtres et à causer des atteintes graves à l'intégrité physique et/ou mentale des membres de la population tutsie dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe ethnique ou racial en tant que tel".

Il a également reconnu avoir commis "des persécutions pour des raisons politiques ou raciales, dans le cadre D'une attaque systématique et généralisée contre une population civile, les Tutsis, certains Hutus et des Belges'' par ses émissions.

Le parquet a requis vingt ans D'emprisonnement contre le repenti. La défense a de son côté demandé une peine "proportionnée" et "individualisée".

Georges Ruggiu a regretté les massacres commis au Rwanda en 1994 et a demandé pardon aux victimes. "Ce sont des événements que je regrette mais qui sont la réalité et J'ai décidé de les assumer", a indiqué Ruggiu.

Georges Ruggiu a été arrêté le 23 juillet 1997 à Mombasa (Kenya) et transféré au centre de détention des Nations unies à Arusha. Il avait plaidé non coupable lors de sa comparution initiale le 24 octobre 1997. Le 15 mai dernier, il a été autorisé à changer de plaidoyer.

Les modalités D'aveux de Georges Ruggiu sont consignées dans un accord conclu avec le procureur. Georges Ruggiu a négocié avec le parquet depuis juillet 1999. Le repenti est représenté par les avocats tunisien, Me Mohamed Aouini, et belge, Me Jean-Louis Gilissen.

Georges Ruggiu affirme que son plaidoyer de culpabilité est volontaire et sans équivoque. Les parties indiquent qu'il n'y a pas eu de promesse faite à l'accusé pour passer aux aveux.

Georges Ruggiu est l'unique accusé non rwandais poursuivi par le TPIR. Il est également le premier accusé, dans l'histoire de la justice internationale, à être jugé par un tribunal international, sans être ressortissant du pays où les crimes ont été commis.

Georges Ruggiu est né à Verviers (province de Liège, est de la Belgique) D'un père italien et D'une mère belge.

Ancien agent de la sécurité sociale qui fréquentait les milieux D'extrême-droite en Belgique, Georges Ruggiu a rejoint le Rwanda en septembre 1993, après avoir fait partie D'un "groupe de réflexion rwando-belge", proche de l'ancien régime du président rwandais, Juvénal Habyarimana. Il a travaillé à la RTLM du 6 janvier au 14 juillet 1994.

Le procureur entendait, dans un premier temps, faire juger Georges Ruggiu avec l'ancien directeur de la RTLM, Ferdinand Nahimana, l'ancien rédacteur-en chef du journal Kangura, Hassan Ngeze, et l'ex-directeur des affaires politiques au ministère des affaires étrangères et membre du comité D'initiative de la RTLM, Jean-Bosco Barayagwiza, dans un procès des "médias de la haine". Georges Ruggiu en a été retiré dès qu'il a entamé la procédure D'aveu.

AT/PHD/FH (RG%0530A )