16.02.2000 - TPIR/MILITAIRES - LE PARQUET VEUT UN PROCES CONJOINT DES MILITAIRES RÉCEMMENT AR

Arusha 16 février, 2000(FH) - Le parquet du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a l'intention D'ouvrir un procès conjoint contre trois anciens officiers de l'armée rwandaise récemment arrêtés en Europe.

Mardi, l'ancien commandant du bataillon de reconnaissance, le major François-Xavier Nzuwonemeye, a été arrêté à Montauban dans le sud de la France.

0 min 59Temps de lecture approximatif

Son adjoint, le capitaine Innocent Sagahutu, a été appréhendé par la police danoise le même jour.

Le bataillon de reconnaissance est accusé D'être responsable des massacres perpétrés dans la ville de Kigali, particulièrement dans le Centre Hospitalier de Kigali, lors du génocide rwandais de 1994.

Le parquet indique par ailleurs que le capitaine Sagahutu aurait donné l'ordre de conduire au camp militaire de Kigali, les dix casques bleus belges présents au Rwanda au moment des faits. Ils y ont été massacrés par la suite.

Le responsable des poursuites au sein du parquet du TPIR, le tanzanien Mohamed Othman, a déclaré à l'agence Hirondelle, que les deux officiers feront l'objet D'un procès conjoint avec l'ancien chef D'état-major de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana, arrêté en Belgique le 28 janvier dernier, ainsi qu'avec D'autres militaires qui sont toujours en fuite.

Les trois officiers arrêtés sur demande du parquet du TPIR, doivent répondre de génocide et de crimes contre l'humanité. Leur transfert au quartier pénitentiaire de la juridiction internationale dans la ville tanzanienne D'Arusha est attendu dans les prochains jours.

BN/PHD/FH (MIL%0216A)