10.02.2000 - TPIR/NDAYAMBAJE - LA CHAMBRE ORDONNE LE RETRAIT DE l'AVOCATE D'ELIE NDAYAMBAJE

Arusha 10 février 2000 (FH) - La Chambre de première instance du Tribunal pénal international pour le Rwanda(TPIR), a ordonné jeudi le retrait de l'avocate belge Véronique Laurent du dossier de l'ancien maire de Muganza (préfecture de Butare, sud du Rwanda), Elie Ndayambaje.

Au terme D'une audience tenue jeudi pour l'audition D'une requête défendue par l'accusé lui-même, la Chambre a indiqué être satisfaite des raisons présentées et elle a fait droit à sa demande.

1 min 32Temps de lecture approximatif

"Ayant entendu les raisons avancées par l'accusé, (...) la Chambre estime qu'elle se trouve devant des circonstances exceptionnelles et ordonne le retrait de Me Véronique Laurent du dossier Ndayambaje. La Chambre instruit par ailleurs au greffe de procéder au remplacement de Me Véronique Laurent dans les plus brefs délais," a conclu le juge sénégalais Laïty Kama, qui présidait les débats.

Justifiant la récusation de son avocate, Ndayambaje a reproché notamment à Me Laurent "le défaut de communication avec son client, le manque de disponibilité, le non-respect des engagements, l'improvisation dans les audiences, et le manque de confidentialité dans la gestion des dossiers de la défense".

"Depuis sa commission à ma défense, Me Véronique Laurent n'a effectué que deux visites de deux jours chacune au quartier pénitentiaire, pour discuter avec moi," a notamment relevé l'accusé.

"Elle ne réagit jamais à mes suggestions, elle m'a abandonnée en cours D'audience en septembre 1998, elle s'improvise sans préparation dans les audiences, elle a exposé inutilement des dossiers de ma défense, notamment la liste de mes témoins et la démarche pour les joindre. Elle n'a pas jusqu'ici engagé de co-conseil, D'assistant ni D'enquêteurs," a expliqué l'accusé.

l'ancien maire de Muganza a par ailleurs évoqué des problèmes financiers, indiquant que son avocat avait exigé de sa famille des frais de voyages et de séjour, pour venir à l'audience à Arusha, alors que de tels frais sont supportés par le TPIR, l'accusé ayant été reconnu indigent.

Elie Ndayambaje a demandé que lui soit commis D'office "un conseil de confiance, compétent et disponible, en l'occurrence l'avocat canadien Pierre Boulet du barreau de Québec".

l'ancien maire de Muganza est poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité. Il devrait comparaître dans un procès conjoint du groupe "Butare", comprenant entre autres l'ancien ministre de la famille, Pauline Nyiramasuhuko.

BN/PHD/FH ( ND%0210A )