26.01.2000 - TPIR/BAGILISHEMA - l'ANCIEN MAIRE DE MABANZA AURAIT PARTICIPE A l'ATTAQUE DU STADE DE K

Arusha 26 janvier 2000 (FH) - l'ancien maire de Mabanza (préfecture de Kibuye, ouest du Rwanda), Ignace Bagilishema, a participé à l'attaque contre les réfugies tutsis au stade de Gatwaro, en avril 1994, a affirmé mercredi un témoin de l'accusation, devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

"Le 18 avril, vers 14h00, il est survenu un grand nombre D'assaillants, armés de fusils, machettes et gourdins.

1 min 32Temps de lecture approximatif

Ils ont encerclé le stade, et il y avait leur chef, le préfet Kayishema, et notre bourgmestre Bagilishema," a déclaré le douzième témoin de l'accusation, qui s'exprimait en sa langue maternelle, le Kinyarwanda.

Le témoin, une femme tutsie, a néanmoins précisé que bien que présent, l'accusé ne portait aucune arme ce jour-là.

Désignée par la lettre G par mesures de sécurité, la rescapée a indiqué qu'elle s'était rendue au stade avec D'autres personnes de son ethnie, sur conseil de l'accusé :

"Le bourgmestre nous a dit de nous rendre à Kibuye, nous précisant que c'est là où nous pouvions être protégés" a dit le témoin. Cependant, une fois arrivés au stade, "les militaires ont commencé à nous maltraiter", a-t-elle ajouté.

l'acte D'accusation établi contre l'accusé indique que "le 13 avril 1994 ou vers cette date, Ignace Bagilishema a ordonné à des membres de la population tutsie, qui à sa demande s'étaient rassemblés au Bureau communal pour y chercher protection, de se rendre au stade de Gatwaro à Kibuye".

Madame "G", seule survivante de sa famille, a déclaré, en sanglots, que l'accusé avait refusé de l'assistance à son père, qui a été tué par la suite.

" Du stade Gatwaro, nous sommes retournés chez nous à Mabanza, mon père et moi, tandis que mon frère avait été tué en cours de route. Fatigué de se cacher, mon père s'est rendu chez le bourgmestre Bagilishema.

"'Je ne peux pas te tuer, va, que tu sois tué par D'autres', a dit le bourgmestre à mon père, qui par la suite devait être tué," a balbutié le témoin en larmes.

l'interrogatoire principal, et surtout le contre-interrogatoire du témoin ont été marqués par plusieurs huis clos, pour protéger son anonymat.

Madame "G" est le dernier témoin de la semaine, quatre autres ayant été rejetés sur demande de la défense. Le procès devrait se poursuivre la semaine prochaine.

BN/KAT/FH (BL%0126A )