13 PERSONNES LIBEREES PAR LA POPULATION DE GISENYI

Kigali, 16 Mars 2001 (FH) – Treize prisonniers accusés de génocide et de crimes contre l'humanité ont été libérés vendredi dans une sorte de Gacaca populaire à Gisenyi, au nord-ouest du Rwanda.

Le procureur de la République de la région a sorti trente personnes de la prison de la ville.

1 min 17Temps de lecture approximatif

La population des communes environnantes (Kanama, Rwerere, Nyamyumba, Mutura, et Rubavu dans laquelle se trouve la ville de Gisenyi) avait été conviée au stade de football Umuganda. Les prisonniers, tous originaires de la commune Rubavu, ont été présentés un à un à la foule. 17 ont trouvé des accusateurs, dont un par son propre cousin. Les 13 autres, qui ont été "innocentés" faute de témoignage contre eux, ont été relâchés sur le champ. Mais le procureur leur a précisé qu'ils pourraient être arrêtés à nouveau si jamais il y avait un quelconque nouvel indice à leur encontre.

Au milieu du mois de décembre dernier, trente prisonniers avaient déjà été libérés de la même façon dans la commune Kibilira, de la même préfecture de Gisenyi, lorsque 58 personnes accusées de génocide et de crimes contre l'humanité avaient été sorties de la prison de Gisenyi et présentées à la population de leur commune d'origine par le procureur général de la région Gisenyi-Ruhengeri (nord-ouest). Selon les observateurs, la population, y compris les rescapés du génocide, au cours de ces séances, parlent avec beaucoup de franchise et de sincérité.

La population carcérale de la prison de Gisenyi est estimée à 3260 personnes.

Pendant ce temps, le procès de Wellars Banzi se poursuit devant la Chambre spécialisée du Tribunal de première instance de Gisenyi. Wellars Banzi, politicien de longue date et parlementaire de 1960 à 1973 sans discontinuer, était président du MRND pour la région de Gisenyi en 1994. Accusé de génocide et de crimes contre l'humanité, son procès a commencé sur le fond en janvier dernier.

WK/MBR/FH (RW&0316A)