Kosovo: un ancien commandant de l’UCK comparaîtra lundi à La Haye

1 min 19Temps de lecture approximatif

Un ancien commandant de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) doit comparaître lundi devant un tribunal spécial international à La Haye, accusé de crimes de guerre commis lors du conflit opposant la guérilla indépendantiste kosovare aux forces serbes à la fin des années 1990.

Pjeter Shala, également connu sous le surnom de « Commandant Wolf », était un chef militaire local actif dans l’ouest du Kosovo lors du conflit qui s’était terminé en 1999 par une campagne de bombardements de l’Otan qui avait contraint les forces serbes à se retirer.

« L’acte d’accusation confirmé allègue que M. Shala est responsable, sous diverses formes de responsabilité pénale individuelle, des crimes de guerre de détention arbitraire, de traitements cruels, de torture et de meurtre commis dans le contexte et associés à un conflit armé non international au Kosovo », a indiqué dans un communiqué le tribunal spécial, basé à La Haye.

La comparution initiale de M. Shala aura lieu le 19 avril à 15H00 (1300 GMT), a précisé le tribunal spécial, composé de juges internationaux chargés d’enquêter sur des crimes commis par l’UCK pendant le conflit de 1998-1999.

M. Shala avait été arrêté en Belgique le 16 mars et transféré à La Haye le 15 avril, a ajouté le tribunal.

Son nom avait été cité lors d’un procès pour crimes de guerre qui s’était tenu au Kosovo. Il avait été mis en cause en tant que membre de l’UCK ayant commis des exactions physiques à l’encontre de kosovars albanais détenus dans des camps de prisonniers de l’UCK dans le nord de l’Albanie à la fin de la guerre.

Il avait été interrogé en 2019 par des enquêteurs du tribunal basé à La Haye, mis en place avec le soutien de l’Union européenne il y a cinq ans.

L’ancien président du Kosovo et ancien chef politique de l’UCK Hashim Thaçi et trois autres suspects font également face à des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour des meurtres, disparitions forcées, persécutions, tortures, et détentions illégales, qui auraient été commis entre 1998 et 1999.