UN EX-TRADUCTEUR AU TPIR ARRETE A LA DEMANDE DU RWANDA

Arusha, 8 février 2002 (FH) - Un ex-traducteur au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qui avait été libéré jeudi par un tribunal d'Arusha, a été immédiatement réarrêté à la demande du gouvernement rwandais, qui le suspecte d'avoir participé au génocide.

Patrick Simbwa Bugingo était détenu à Arusha depuis le 20 novembre 2001 pour possession d'un passeport ougandais volé.

0 min 57Temps de lecture approximatif

Il serait en réalité citoyen rwandais.
Jeudi, il avait été libéré sous caution mais, à sa sortie du tribunal, il a été interpellé par des policiers tanzaniens en civil, ont indiqué des témoins.

Vendredi, le commandant de la police d'Arusha, Placide Chaka, a confirmé cette interpellation à l'agence Hirondelle. Placide Chaka a déclaré que Bugingo a été placé en détention par la police, après que celle-ci ait appris qu'il est recherché par les autorités rwandaises pour son implication présumée dans le génocide anti-tutsi et les massacres d'opposants qui ont fait au moins huit-cent-mille morts en 1994.

"Cette seconde accusation est plus lourde que la première en rapport avec l'immigration, et le suspect pourrait s'évader", a indiqué Placide Chaka. Il a ajouté que des dispositions étaient en train d'être prises pour que la demande rwandaise d'extradition soit examinée par les autorités judiciaires compétentes.

Patrick Bugingo avait été engagé comme traducteur indépendant par le TPIR pour assister la défense de l'ancien maire de Bicumbi (province Kigali rurale, centre-est du Rwanda), Laurent Semanza.

NI/AT/GF/FH (TZ-0208A )