LE RWANDA "ENQUÊTE" SUR LES ALLEGATIONS D'INTIMIDATION DES TEMOINS DE LA DEFENSE

Arusha, le 29 novembre 2001(FH) - Le gouvernement rwandais est en train d'enquêter sur les allégations selon lesquelles un de ses procureurs de haut rang aurait intimidé, dans la prison de Ruhengeri, des témoins potentiels de la défense au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a dit jeudi à l'agence Hirondelle le représentant spécial du Rwanda auprès de la juridiction internationale.

"Cet homme est un procureur, il ne peut être interdit de visiter cet endroit (la prison)," a soutenu Martin Ngoga.

1 min 26Temps de lecture approximatif

"Personne n'a le droit d'intimider des témoins, mais nous ne sommes pas sûr si cela est vrai ou faux."

Le représentant du Rwanda réagissait à la requête de la défense de l'ancien maire de Mukingo (préfecture Ruhengeri, nord-ouest du Rwanda) Juvénal Kajelijeli, déposée au TPIR mais non encore plaidée.

L'avocat américain de Kajelijeli, Me Lennox Hinds, demande aux juges de déclarer le procureur général adjoint rwandais Rukira wa Muhizi coupable d'outrage au Tribunal, pour avoir intimidé des témoins de la défense.
Muhizi est le procureur de la République à Ruhengeri.

Me Hinds a attaché à sa requête des déclarations faites sous serment par deux détenus de la prison de Ruhengeri, qui allèguent que Muhizi étaient dans les parages quand ils attendaient leur entretien avec Hinds, et qu'il les avait menacés.

L'avocat de Kajelijeli dit avoir écrit au ministre rwandais de la justice Jean de Dieu Mucyo sur la question en septembre, puis réécrit en novembre, mais qu'il n'a toujours pas reçu de réponse.

"Nous admettons avoir reçu ces lettres," a dit Ngoga à Hirondelle, "mais nous ne travaillons pas selon ses délais à lui. C'est très malheureux qu'il ait soulevé le problème devant la cour alors que nous étions en train de l'examiner," a-t-il regretté.

Ngoga a cependant admis qu'il s'agissait d'un problème "qui doit être réglé le plus vite possible". " Ce qui nous a choqué," a dit Ngoga, " c'est qu'il [Hinds] essaie de dire à la cour que le Rwanda ne coopère pas avec les avocats de la défense. Mais ce n'est pas vrai. Nous les recevons chaque semaine."
JC/DO/BN (KJ1129A)