LE GREFFIER PREOCCUPE PAR LA DECISION RWANDAISE DE SUSPENDRE LA COOPERATION AVEC LE TPIR

Arusha, 9 novembre 99 (FH) - Le greffier du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), Agwu Ukiwe Okali, se dit préoccupé par la décision prise samedi dernier par le Rwanda de suspendre sa coopération avec les organes de la juridiction internationale, a-t-on appris mardi à Arusha.

Le greffier a "exprimé de sérieuses préoccupations à l'annonce de cette nouvelle, eu égard à des opérations cruciales du TPIR (telles que le déplacement et la protection des témoins), qui dépendent de la coopération du gouvernement rwandais", selon un communiqué publié mardi par le TPIR Le gouvernement rwandais réagissait ainsi à la libération de l'ancien directeur des affaires politiques au ministère des affaires étrangères, Jean-Bosco Barayagwiza, ordonnée le 3 novembre dernier.

1 min 22Temps de lecture approximatif

Agwu Ukiwe Okali a contacté les autorités rwandaises "en vue de chercher les moyens de rétablir les anciennes relations cordiales et coopératives entre le Rwanda et le Tribunal", ajoute le communiqué.

"La libération de Barayagwiza servira sans doute de prétexte pour laisser dans l'impunité tous les autres génocidaires qui se promènent encore librement à travers le monde, et dans ces conditions, le gouvernement rwandais ne voit pas comment il continuerait sa coopération avec le TPIR", avait indiqué le week-end dernier le ministre rwandais des affaires étrangères et de la coopération régionale, Augustin Iyamuremye.

La chambre d'appel a estimé que les droits de Jean-Bosco Barayagwiza ont été violés par le parquet, lors de son arrestation et de sa détention préventive.

Réaction de Human Rights Watch

L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch, basée à New York, a déploré lundi "l'incompétence du parquet du TPIR qui est à l'origine de la libération d'un suspect de haut rang accusé d'avoir organisé le génocide au Rwanda".

"Cette décision de la chambre d'appel du TPIR devrait secouer le parquet et la communauté internationale en général, en rappelant à chacun le besoin d'une justice rapide et exemplaire", a notamment déclaré la spécialiste du Rwanda au sein de Human Rights Watch, Alison Des Forges.

CR/AT/PHD/FH (RW§1109A )