Guerre des Balkans: nouveau verdict pour deux chefs espions serbes à la Haye

2 min 15Temps de lecture approximatif

Les juges internationaux rendent mercredi leur verdict contre deux anciens chefs de la sécurité intérieure serbe, rejugés à la Haye pour leur rôle dans les « escadrons de la mort » qui ont sévi en Bosnie et en Croatie dans les années 1990.

Jovica Stanisic, 70 ans, et Franko Simatovic, 71 ans, sont à nouveau accusés de quatre crimes contre l’humanité et un crime de guerre, après avoir été acquittés pour ces mêmes chefs d’accusation en 2013.

M. Stanisic, ancien chef de la sécurité intérieure de la Serbie et figure-clé du régime de Slobodan Milosevic, ainsi que son adjoint M. Simatovic sont à nouveau accusés d’avoir organisé, financé et ravitaillé des groupes paramilitaires après la dislocation de la Yougoslavie en 1991.

Ces groupes, comme l’unité d’élite des « Bérets rouges », dirigés sur le terrain par Franko Simatovic selon l’accusation, ont fait déferler une vague de terreur et de destructions, attaquant des villes et assassinant Croates, Musulmans et autres populations non-serbes.

Les deux hommes plaident non-coupables. Les procureurs requièrent la prison à perpétuité.

Le verdict sera prononcé à partir de 15H00 (1300 GMT) –et retransmis en ligne avec 30 minutes de différé– par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui a pris le relais du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) après la fermeture de celui-ci en 2017.

– Groupes paramilitaires –

Les deux ex-chefs serbes, qui étaient en liberté conditionnelle, seront au tribunal après s’être rendus à la prison des Nations unies à La Haye la semaine dernière, a affirmé une porte-parole du tribunal à l’AFP.

Selon l’accusation, M. Stanisic et M. Simatovic faisaient partie d’une entreprise criminelle commune incluant aussi Sloban Milosevic, mort d’une crise cardiaque en 2006 avant l’achèvement de son procès, et le chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, condamné à la prison à vie.

Les guerres dans l’ex-Yougoslavie furent les plus meurtrières en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leur bilan humain est estimé à 130.000 morts et des millions de déplacés.

L’acte d’accusation comprend au moins 280 meurtres dans une vingtaine d’attaques spécifiques contre des villes et des villages par les groupes paramilitaires comme l’unité d’élite des « Bérets rouges » et la milice « Les Tigres ».

Zeljko Raznatovic, alias Arkan, leader de la milice « Les Tigres », a été inculpé par le tribunal de La Haye mais abattu à Belgrade en 2000.

– Revirement rare –

M. Stanisic et M. Simatovic ont été transférés au tribunal en 2003, après avoir été arrêtés par la police serbe à la suite de l’assassinat du Premier ministre réformiste serbe Zoran Djindjic.

En mai 2013, les juges du procès en première instance avaient décidé que l’accusation n’avait pas réussi à prouver « au-delà de tout doute raisonnable » la culpabilité des deux ex-chefs serbes et les avaient acquittés.

L’acquittement en première instance des deux ex-chefs serbes par le TPIY en 2013 avait suscité une vague de protestations et le ministère public avait fini par faire appel.

Le 15 décembre 2015, revirement rare: la Chambre d’appel du TPIY infirmait l’acquittement, avançant que les premiers juges s’étaient « trompés » sur divers points de droit.

Le nouveau procès a débuté en 2017, les audiences finales ayant eu lieu en avril 2021.

M. Stanisic et M. Simatovic se trouvent parmi les derniers chefs de guerre des Balkans détenus à La Haye.

La justice internationale a confirmé ce mois-ci la condamnation à perpétuité de l’ancien chef militaire serbe de Bosnie Ratko Mladic pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.