25.09.07 - RWANDA/GB - DEBUT D'UNE PROCEDURE A LONDRES EN VUE DE L’EXTRADITION DE QUATRE RWANDAIS

Arusha, 25 septembre 2007 (FH) – Une procédure visant à l’extradition de quatre rwandais recherchés par la justice de leur pays pour leur rôle présumé dans le génocide de 1994 a débuté lundi à Londres et doit durer jusqu'à vendredi.
1 min 27Temps de lecture approximatif

Arrêtés le 28 décembre 2006 en Grande Bretagne, Emmanuel Nteziryayo, ancien maire de Mudasomwa, Vincent Bajinya, ancien responsable interahamwe, Celestin Ugirashebuja, ancien maire de Kigoma, et Charles Munyaneza, ancien maire de Kinyamakara, nient toute responsabilité. Ils habitaient respectivement, selon le quotidien britannique Guardian, à Manchester, Islington au nord de Londres, à Walton on the naze dans le Sussex et à Bedford.

Bajinya, médecin de formation, avait réussi à obtenir la nationalité britannique, sous le nom de Vincent Brown. Selon le Guardian, il est classé dans la première catégorie des personnes recherchées par le Rwanda pour leur participation au génocide. Il aurait participé comme membre du MRND a un meeting en 1993, avant de devenir responsable de milice et d'organiser des barrages dans le quartier de Rugenge à Kigali.

L’audience, qui a débuté lundi, se poursuivra jusqu’à vendredi. Selon l’AFP, le Procureur général du Rwanda, Martin Ngoga, a salué l’ouverture de cette procédure et émis l’espoir qu’elle aboutira à l’extradition des quatre accusés. «Cela constitue un signe de bonne volonté. Il y a sans doute un espoir que tous ces génocidaires présumés (réfugiés) en Europe ne tarderont pas à être appréhendés », a dit le magistrat rwandais à l’AFP.

Leurs arrestations étaient intervenues trois semaines après la visite à Londres du président rwandais Paul Kagame. Un accord spécial avait alors été signé dans ce but entre les deux pays.

Le génocide de 1994 au Rwanda a fait, selon Kigali, environ un million de tués, essentiellement parmi l’ethnie tutsie

ER/PB/GF
© Agence Hirondelle