« Génocide » des Ouïghours: la Chine fustige les députés français

2 min 33Temps de lecture approximatif

Une résolution qui « fait fi de la réalité »: la Chine s’est dite vendredi « fermement opposée » au texte adopté la veille par l’Assemblée nationale française, qui a qualifié de « génocide » le traitement par Pékin des Ouïghours.

Pour la plupart musulmans sunnites, les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), une région longtemps meurtrie par des attentats et qui fait désormais l’objet d’une surveillance policière draconienne.

Les députés français ont adopté jeudi une résolution stipulant que l’Assemblée nationale « reconnaît officiellement les violences perpétrées par les autorités de la République populaire de Chine à l’encontre des Ouïghours comme constitutives de crimes contre l’humanité et d’un génocide », et qu’elle les « condamne ».

Le texte « invite le gouvernement français » à faire de même.

Sans portée contraignante, la résolution défendue à la tribune par le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, a reçu le soutien des députés du parti présidentiel LREM et a été adopté à la quasi-unanimité des présents (169 votes pour, un contre et cinq abstentions).

« La résolution de l’Assemblée nationale française (…) fait fi de la réalité et du bon sens en matière de droit », a déclaré Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Cela constitue une ingérence grossière dans les affaires intérieures chinoises. La Chine y est fermement opposée », a-t-il souligné lors d’une conférence de presse régulière.

– Surveillance au Xinjiang –

Le Xinjiang et d’autres provinces de Chine ont été frappés pendant plusieurs décennies, et notamment de 2009 à 2014, par des attentats attribués à des islamistes ou des séparatistes ouïghours.

Depuis plusieurs années, la région fait ainsi l’objet d’une intense surveillance: caméras omniprésentes, portiques de sécurité dans les bâtiments, forces armées très visibles dans les rues, restrictions à la délivrance des passeports…

Des études occidentales, fondées sur des interprétations de documents officiels, des témoignages de victimes présumées et des extrapolations statistiques, accusent Pékin d’avoir interné dans des « camps » au moins un million de personnes, majoritairement ouïghoures, d’effectuer des stérilisations et avortements « forcés » ou encore d’imposer du « travail forcé ».

La Chine dément ces accusations. Elle réfute toute idée de « stérilisation forcée » mais concède appliquer au Xinjiang, comme partout ailleurs dans le pays, sa politique de limitation des naissances, pendant longtemps mise en oeuvre avec laxisme dans la région.

Pékin présente en outre les « camps » comme des « centres de formation professionnelle » destinés à éloigner les habitants de l’extrémisme religieux et qui seraient désormais fermés car tous les « étudiants » auraient « achevé leur formation ».

– « Démagogie » –

« Si un génocide était véritablement perpétré au Xinjiang, comment se fait-il que la population ouïghoure connait toujours un taux de croissance démographique aussi important? », a déclaré le porte-parole Zhao Lijian, statistiques à l’appui.

« A ceux qui feignent (de ne pas voir les faits) ou qui font de la démagogie pour plaire du grand public, je leur dis ceci: vos paroles et vos actes ne méritent aucune attention », a-t-il assuré. « Un mensonge répété même 1.000 fois reste un mensonge ».

Avant l’Assemblée nationale française, les députés de plusieurs pays occidentaux (Belgique, Royaume-Uni, Pays-Bas, Canada) avaient qualifié de « génocide » le traitement des Ouïghours par la Chine.

Le gouvernement américain utilise le même qualificatif.

Les journalistes étrangers peuvent se rendre au Xinjiang mais y sont systématiquement suivis. Il leur est donc difficile d’infirmer ou de confirmer les affirmations des différentes parties.

Amnesty International a appelé mercredi la communauté internationale à ne pas laisser la Chine utiliser les Jeux olympiques d’hiver, organisés à Pékin du 4 au 20 février, pour détourner l’attention de la situation des Ouïghours.