05.12.07 TPIR/KAREMERA - L’ACCUSATION CONSIDEREE COMME CLOSE DANS LE PROCES DU MRND

 Aruha, 5 décembre 2007 (FH)  - La chambre qui préside aux débats dans le procès Karemera a décidé que les preuves présentées depuis septembre 2005 par l’accusation suffisaient à la cause, et a ordonné que la défense commence à présenter les siennes à partir de la prochaine session. Ces décisions ont été annoncées aux parties mercredi matin lors d’une conférence de mise en état inaccessible au public. La prochaine audience devrait se tenir le 3 mars prochain, les défenseurs présentant leur cause dans l’ordre de l’acte d’accusation : Edouard Karemera, Mathieu Ngirumpatse et Joseph Nzirorera.  
1 min 25Temps de lecture approximatif

Les trois hommes qui dirigeaient le Mouvement républicain national pour le développement (MRND-ex parti unique) sont accusés de génocide et de crimes contre l’humanité. Le procureur, en présentant une trentaine de témoins, a tenté de prouver leur implication dans les préparatifs du génocide notamment avec la mise en place de la section jeunesse du MRND, les Interahamwe, qui prirent une part active aux massacres. Face à une défense très pugnace, l’accusation s’est fait à plusieurs reprises dénoncer pour des retards dans la communication des documents ou la divulgation de l’identité de témoins. Le juge Dennys Byron, qui préside également le tribunal, leur a en outre interdit de présenter des témoins-experts considérant que leurs argumentations étaient connues. Le procureur a fait appel de cette décision. Ce procès qui avait dû être annulé après plusieurs mois de procédure, est prévu pour durer au delà des limites du mandat annoncé fin 2008 du TPIR. Le président Byron a déjà demandé que les débats puissent aller jusqu’à la fin du premier trimestre 2009. PB/AT/GF © Agence Hirondelle