05.12.07 - RWANDA/GACACA - LES JUGEMENTS GACACAS SERVENT A LA REHABILITATION PSYCHOLOGIQUE

05.12.07 - RWANDA/GACACA - LES JUGEMENTS GACACAS SERVENT A LA REHABILITATION PSYCHOLOGIQUE DE LA COMMUNAUTE RWANDAISE   Kigali, 5 décembre 2007 (FH) -  Les jugements gacacas sont une sorte de réhabilitation psychologique de la société rwandaise de l’après-génocide et servent à la guérison communautaire, a expliqué à l’agence Hirondelle la Secrétaire Exécutive du Service National des Juridictions Gacaca (SNJG), Domitille Mukantaganzwa.    
1 min 57Temps de lecture approximatif

  "Des papas ont tué leurs femmes devant leurs propres enfants, beaucoup de gens ont assisté ou participé à la mort des voisins, il y a des veuves, des orphelins, des victimes, des bourreaux ou parents de bourreaux …beaucoup de gens restent perturbés !", a-t-elle expliqué. Selon elle les "Gacaca amènent les gens dans un même espace de dialogue, de révélation de la vérité qui aide à réduire les soupçons. Les gens s’expriment, échangent, mènent des débats, confessent et demandent pardon. Finalement c'est tout le monde qui a sa part de cure".   Selon Mme  Mukantaganzwa, la révision répétée de la loi organique sur Gacaca puise dans la complexité du contentieux du génocide et s'inscrit dans la logique de la recherche d'une thérapie appropriée au mal rwandais. Si la cohabitation est maintenant pacifique, la secrétaire éxécutive des Gacacas déplore néanmoins des cas d'insécurité de survivants du génocide, de plaidants coupables et de juges inyangamugayo (intègres) enregistrés notamment dans la Province du Sud.   A propos de la réparation, comme l'un des piliers de la réconciliation, elle n'en disconvient pas, mais elle reste sceptique."La restitution des biens,d'accord, ou encore aider les victimes à survivre en dignité en leur assurant des soins de santé, un abri, la scolarité...Mais comment réparer une femme violée, une veuve ou un orphelin?", s’interroge-t-elle.     Du demi-million des présumés auteurs du génocide de 2ème catégorie, 95% ont jusqu’à présent été jugés par les juridictions Gacaca et 5% sont soit en révision soit des dossiers récemment constitués sur base de nouvelles informations, indique la responsable du SNJG. Officielement les Gacaca devraient clôturer fin décembre 2007, mais certaines juridictions bénéficieront  d’une prolongation de quelques mois en 2008. Après, les dossiers pendants ou non encore constitués “seront jugés par les juridictions classiques”, a-t-elle précisé.   SRE/PB/GF © Agence Hirondelle