18.02.08 - RWANDA/GACACA - ACQUITTEMENT D'UN DEPUTE FPR ACCUSE DE GENOCIDE

GATSIBO (Nord-Est du Rwanda), 18 fevrier 2008 (FH) - M. Emmanuel Mwumvaneza, député (FPR) au Parlement rwandais, poursuivi pour crimes de génocide a été acquitté par la juridiction Gacaca d’appel du secteur Ndatemwa, District de Gatsibo, a constaté sur place l’Agence Hirondelle.
2 min 25Temps de lecture approximatif

M. Mwumvaneza, conseiller de secteur dans l’ancienne commune de Muvumba, en 1994, était accusé de "port d’illégal d’une arme à feu, de réunions qui ont préparé le génocide, d’expéditions et assassinats», a précisé Monsieur Rutayisire, président de la juridiction, en déclinant l’acte d’ accusation.

Le réquisitoire fait état des réunions qui établissaient les listes des personnes à tuer, des expéditions, de l’assassinat de Jean de Dieu Safari et de Pierre Banyaga à Rukungu, d’un jeune homme inconnu à Ndatemwa et de plusieurs tutsi à la fosse commune de Kiziguro. A cela s’ajoute le pillage de 6 vaches et de 2 moutons à Rukungu chez Nkanika venu dénoncer cet acte.

Le prévenu a plaidé coupable de port d’une arme à feu et de réunions de préparation du génocide, mais a nié les autres chefs d’accusation. « Le fusil que je portais, c’était pour combattre les Inyenzi-Inkotanyi, l’ennemi du moment », a répondu Monsieur Mwumvaneza à la question de savoir s’il était militaire au moment où il portait cette arme.

A propos des réunions de préparation du génocide, un témoin de la défense appelé Bigaruka, a affirmé : « il fallait que nous participions à ces réunions de préparation du génocide et que nous allions accueillir le groupe des Interahamwe et des français venus en hélicoptère dans notre camp »

Selon un représentant d'Ibuka, Boniface Nkusi Boniface, le procès Mwumvaneza aurait été délesté des témoignages de l’accusation et a connu en appel beaucoup de faits insolites. Ainsi, le nommé Ngarambe Wyclif, condamné pour génocide et dont les témoignages lors de la collecte d’information au niveau de la cellule Kinunga, ont généré ce dossier, s'est présenté en témoin de la défense et sans assignation depuis le début du procès.

« La révision du procès s’impose" a affirmé Nkusi. Selon lui "les juges ont fait exprès d’ignorer, dans leur jugement, des choses importantes pour un jugement équitable : les informations collectées dans la cellule Kinunga, les aveux du prévenu qui le placent automatiquement dans la première catégorie, les parjures du témoin Ngarambe dont il devait être poursuivi ».

Selon une source policière, des tentatives de corruption se seraient produites dans ce dossier au niveau de la juridiction de secteur. Elias Bizimungu et Jean Maris Vianney Mugabo, respectivement président de la juridiction d’appel du secteur Ndatemwa et coordinateur de la cellule Ndatemwa, ont été pris en flagrant délit, le 5 fevrier alors qu’ils recevaient 350.000 francs rwandais (600 USD environ) des mains de Mwumvaneza, et sont aujourd’hui entre les mains de la justice.

SRE/PB/GF
© Agence Hirondelle