17.03.08 - RWANDA/TPIR - LE TRANSFERT DES CONDAMNES DU TPIR AU RWANDA SERAIT UN DEFI AU NEGATIONNISM

Kigali, 17 Mars 2008 (FH) - Le transfert des prisonniers du TPIR au Rwanda, condamnés pour génocide et crimes contre l'humanité, est un défi aux négationnistes, a affirmé à l'Agence Hirondelle, Monsieur Théodore Simburudari, président d'Ibuka, la principale association des rescapés du génocide.
1 min 54Temps de lecture approximatif

"C'est pour des crimes de génocide et des crimes contre l'humanité que ces gens ont été arrêtés, jugés et condamnés par la communauté internationale. Pourtant, autant que leurs amis de l'étranger, ils sont toujours négationnistes. Les incarcérer au Rwanda revêt une valeur symbolique, c'est un défi au négationnisme !", a-t-il précisé.

"Que ces génocidaires, ces humanités sans valeur, ces négationnistes soient incarcérés au milieu de leurs victimes, c'est une leçon pour eux-mêmes et pour le Rwanda", a-t-il précisé. Selon lui "quand Bagosora passait, le monde tremblait. L'héberger dans la prison de Mpanga montrerait à tous les rwandais que personne n'est au-dessus de la loi".

Ces propos font suite à la signature d'un accord, le 4 mars dernier entre les Nations Unies et le Gouvernement Rwandais, relatif au transfert des condamnés du TPIR dans les prisons rwandaises.

Un rescapé des massacres du Bugesera ne mâche pas ses mots : "se réconcilier avec les politiciens, c'est certain. Avec eux-mêmes et les membres de leurs familles, c'est sûr. Avec leurs victimes, les sans-famille, les veuves, les orphelins, les handicapés du génocide qu'ils ont planifié et réalisé, c'est loin comme le ciel! Si une fois les U.S.A se réconcilient avec Al Quaeda, tout sera possible ici. Mais dans l'avenir !"».

Une veuve d'un mari tutsi tué pendant le génocide, dont le frère a été condamné, et est emprisonné à Arusha dit : «je prie Dieu pour que mon frère soit ramené ici. On le reverrait après 14 ans d'absence, de souillures. Je lui donnerais la parole de Dieu pour le convertir aux valeurs d'amour et de pardon».

Pour Théodore Ntalindwa, directeur de publication du mensuel Umwezi « la justice n'est pas que punitive, elle se doit d'être avant tout préventive et curative ! Transférer les prisonniers d'Arusha à la prison de Mpanga, c'est appliquer le médicament à la racine du mal ».

En prévision de ce transfert, le gouvernement Rwandais, a construit à Mpanga, Province du Sud, une prison aux standards internationaux pour accueillir les prisonniers qui seront transférés du TPIR.

SRE/PB/GF
© Agence Hirondelle