02.09.08 - TPIR/SETAKO - LA DEFENSE DE SETAKO DENONCE VAINEMENT UN TEMOIGNAGE SANS PERTINENCE

Arusha, 2 septembre 2008 (FH) - L'avocat principal du lieutenant-colonel Ephrem Setako, poursuivi pour génocide et crimes contre l'humanité au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a reproché mardi au procureur d'avoir cité un témoin dont la déposition manque de pertinence par rapport à l'acte d'accusation.
1 min 49Temps de lecture approximatif

Me Lennox Hinds, avocat à New York et professeur de droit aux Etats-Unis, a longuement présenté ses arguments avant de passer au contre-interrogatoire du deuxième témoin à charge, un ancien milicien Interahamwe désigné par le nom de code SQG.

Lors de son interrogatoire lundi par la représentante du bureau du procureur, Mme Ifeoma Ojemini-Okali, le témoin, condamné au Rwanda à 30 ans de prison pour son rôle dans le génocide, a relaté avec force détails les massacres de Tutsis et les pillages de leurs biens, en avril 1994, dans différentes localités des communes de Mukingo et de Nkuli, dans l'ancienne préfecture de Ruhengeri, dans le nord du Rwanda.

Reconnaissant plusieurs fois son propre rôle dans le génocide, SQG n'a cependant pas mis en cause, un seul instant, le lieutenant- colonel originaire de Nkuli.

Me Hinds a dénoncé mardi « une tentative de lier l'accusé aux crimes graves commis par d'autres ». « Il n'y a jusqu'ici (dans la déposition du témoin) aucune preuve liant l'accusé aux crimes allégués de 1994 », a plaidé l'avocat américain.

Le professeur Hinds a demandé aux juges d'ordonner au procureur de se limiter aux témoignages pertinents, pour ne pas continuer à gaspiller « le temps précieux de la chambre ».

Mme Okali a rétorqué que la requête de la défense était prématurée et a appelé la chambre à attendre la fin de la présentation de toute la preuve afin d'évaluer, dans leur ensemble, les témoignages.

Après avoir longuement délibéré à l'audience même, les juges ont décidé de laisser à la partie accusatrice la discrétion de choisir les témoins à faire comparaître, en lui conseillant cependant de se limiter aux éléments de preuve vraiment nécessaires.

L'audience s'est poursuivie avec le début du contre-interrogatoire par Me Hinds du témoin SQG qui a déjà été entendu dans d'autres affaires au TPIR. Le procureur compte citer 25 témoins, en tout, contre le lieutenant-colonel Setako qui clame son innocence.

NI/ER/PB/GF

© Agence Hirondelle