04.11.08 - TPIR/BUTARE - LE PLUS VIEUX PROCES DE LA JUSTICE INTERNATIONALE S'ETERNISE

Arusha, 4 novembre 2008 (FH) - Le plus vieux et le plus long procès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), dont les débats auraient du être clos le 14 novembre prochain, va encore être prolongé de quelques jours, en raison de la maladie de deux des six accusés.
1 min 32Temps de lecture approximatif

En cours depuis juin 2001, ce procès dit « Butare », se déroule devant une chambre présidée par le juge tanzanien William Hussein Sekule et comprenant également la Malgache Arlette Ramaroson et l'Ougandaise Solomy Balungi Bossa. Les six accusés sont détenus depuis plus de dix ans, treize ans pour deux d'entre eux.

Mardi, le greffe a annoncé aux juges que l'ex-préfet de Butare, Alphonse Nteziryayo et l'ex-maire de Muganza, Elie Ndayambaje, malades, étaient incapables de se présenter à l'audience. « L'objectif est de terminer les auditions le 14 novembre 2008 mais ci cela n'est pas possible, nous pourrons prolonger », a indiqué le juge Sekule au nom de la chambre.

Ndayambaje, qui témoignait pour sa défense la semaine dernière, avait dû suspendre sa déposition à la demande de Nteziryayo, en mauvais état de santé alors qu'il ne voulait pas rater la moindre partie de l'audition de l'ancien maire. Mais Ndayambaje est également tombé malade quelques heures plus tard.

La chambre a pu quand même entendre la semaine dernière le témoin QA rappelé à la barre à la demande de l'ex-maire de Ngoma, Joseph Kanyabashi et d'un autre ancien préfet de Butare, Sylvain Nsabimana. Depuis lundi, un autre témoin, D-2-21-T, dépose à huis clos. Ndayambaje et Nteziryayo ont donné mandat à leurs avocats de les représenter pour ces deux témoignages uniquement.

Les deux autres accusés sont l'ex-ministre de la Famille et de la promotion féminine, Pauline Nyiramasuhuko et son fils, Arsène Shalom Ntahobali.

Jugés pour crimes de génocide et crimes contre l'humanité, tous les six plaident non coupables. Ce procès, dont le coût n'a jamais été communiqué par le TPIR, est le plus long de la justice internationale.

NI/ER/PB/GF

© Agence Hirondelle