12.11.08 - RWANDA/GACACA - DE DOUZE ANS DE DETENTION A LA PRISON A PERPETUITE

Kigali, 12 novembre 2008 (FH) - Laurent Magambo, accusé de crimes de génocide et crimes contre l'humanité, a été reconnu coupable de viol au terme d'un procès en révision et condamné dimanche à la prison à vie par un tribunal gacaca de Kigali.
2 min 12Temps de lecture approximatif

En appel, il s'était vu infliger 12 ans de détention pour d'autres crimes que le viol.

Le procès en révision s'est déroulé devant la juridiction gacaca de Kicukiro, en déplacement à Nyakabanda, lieu des faits visés.

«La juridiction le considère comme un tueur de renom et un auteur de viols et le condamne à la prison à vie et à la dégradation civique », a indiqué le président de la juridiction, Alphonse Rugiramimaro.

« Heureusement que c'est une juridiction d'un autre secteur qui a conduit la révision. Ici, les juges sont enclins au parti pris ou à la corruption. Raison pour laquelle le cas de viol n'avait même pas été révélé dans les précédents jugements», a confié à l'agence Hirondelle un autre juge qui a préféré garder l'anonymat.

Selon tous les témoignages, l'accusé a participé à l'établissement de listes de personnes à tuer, était chargé de l'organisation des barrages routiers et des rondes de jour et de nuit. « Il surveillait de près mon mari. La veille du jour où ils sont venus le chercher pour le tuer, il a passé la nuit à frapper à notre porte et nous n'avons pas ouvert », a témoigné une femme, imputant à Magambo, la mort de son époux, Charles Ntukanyagwe.

Les débats concernant les allégations de viol se sont déroulés à huis-clos conformément à la loi.

Lors de la séance publique, un témoin à décharge Simon Burahiye, 59 ans, a été mis en détention préventive pour avoir présenté « des indices de complicité dans l'assassinat du voisin Charles Ntukanyagwe à Kabusunzu», et « fait preuve de négationnisme » apprend on de source officielle.

Interrogé par le Président sur la nature des gens qui étaient pourchassés et tués pendant le génocide, le témoin a répondu : « Je ne connais pas ces gens dont vous parlez ».Le jury, étonné, a mis fin à son témoignage. Auparavant à propos de la mort de Ntukanyagwe, Burahiye avait admis être sorti de sa maison, vers 7h du matin après avoir entendu un coup de feu. « C'est alors que j'ai vu que des Interahamwe qui poussaient Ntukanyagwe devant eux...mais Magambo n'était pas avec eux », a-t-il déclaré

Selon d'autres témoignages dont celui de la femme de feu Ntukanyagwe, "Burahiye faisait toujours le guet devant la maison de la victime à des fins néfastes », a relevé Alphonse Rugiramumaro, président de la juridiction gacaca de Kicukiro en déplacement à Nyakabanda.

SRE/ER/PB/GF

© Agence Hirondelle