Sans information, pas de réconciliation

« La force que les Tunisiennes ont impulsée dans leur pays a un écho international »

Journaliste française, fondatrice du site Babel Med, créé il y a dix sept ans, Nathalie Galesne, vit et travaille à Rome depuis trente ans. Elle fait partie des participantes à la rencontre  organisée du 6 au 8 juillet en Italie par le Fonds pour les Femmes en Méditerranée, qui vient de mettre sur pied un réseau média des femmes de la Méditerranée.

« La force que les Tunisiennes ont impulsée dans leur pays a un écho international »©FlickrManifestation de femmes tunisiennes le 19 mars 2012 dans la capitale
2 min 48Temps de lecture approximatif

JusticeInfo : L’affaire Weinstein et les mouvements « Me Too » et « Balance ton porc », qui ont imprégné l’actualité féministe de ces huit derniers mois, ont-ils rendu cette rencontre de solidarité des femmes de la Méditerranée dont la finalité est de médiatiser encore plus la voix des femmes, pratiquement urgente ?

Nathalie Galesne : Je pense que ce qui s’est passé avec ces événements est essentiel pour toutes les femmes, de la Méditerranée et d’ailleurs. Ca a permis de nommer l’innommable et de penser l’impensable : toute une violence faite aux femmes tenue auparavant sous silence. Ces affaires ont réellement libéré une parole auparavant confisquée, créant un rapport de force en faveur des femmes. Dès lors, tout ce qui s’inscrit en termes de regroupement et de solidarité féministes prend une importance et un sens plus grands dans le sillon de cette prise de conscience, qui a eu un écho dans quasiment tous les pays. C’est de l’ordre du révolutionnaire !

A votre avis, que peuvent les femmes journalistes pour relayer la voix des femmes ?

Elles peuvent en premier lieu imprégner leur démarche, leur recherche de sujets et leur traitement de l’information d’une conscience et d’une critique féministes, qui leur permettent de parler et de penser le genre avec acuité et sensibilité. Ce qui ne veut pas dire devenir du matin au soir activiste. Loin de là. Les femmes journalistes peuvent penser le genre et aborder certains thèmes avec un regard plus juste et d’une façon différente et décalée du style des médias mainstream et généralistes, qui démontrent toujours une tendance au cliché et au stéréotype par rapport au genre. Même s’il y a  en Italie une réflexion pour ne plus parler du féminicide comme des actes de violence subite jalousie, crime passionnel… en victimisant une seconde fois les victimes.

 Les contextes où vivent les unes et les autres sont parfois très différents. Qu’est-ce qui unit par exemple les femmes croates et les femmes tunisiennes ? Cette diversité peut elle représenter un avantage ou plutôt une contrainte pour une rencontre comme celle qui vient de se dérouler en Italie?

Cette diversité à la fois culturelle et générationnelle n’est que de la richesse à mon sens. Pendant les  deux jours de la rencontre, par petits groupes, nous avons réussi à conceptualiser, à parler et échanger autour de problématiques transversales à tous les pays de la région. Les jeunes féministes des deux rives sont très prometteuses. Elles ont beaucoup de volonté et d’énergie et démontrent un sens critique très abouti. Je suis étonnée par toute leur vivacité !

Un pays en transition démocratique comme la Tunisie, qui a enregistré beaucoup d’avancées des femmes sur le plan des droits et des libertés peut-il servir de locomotive notamment aux femmes de la rive sud de la Méditerranée ?

La Tunisie à ce niveau sert d’exemple à énormément de pays et pas seulement à ceux de la région arabe. La force que les femmes tunisiennes ont impulsée dans leur pays a eu un écho international. Selon mon souvenir et pendant une première phase de transition on a essayé de leur faire renier certains de leurs droits, elles ont alors démontré au monde entier comment leur combat, leur résistance et leur engagement étaient essentiels pour faire avancer les démocraties !

 

L'Affaire Weinstein concerne la révélation publique en octobre 2017 de harcèlements et d'agressions sexuelles dont a été accusé Harvey Weinstein, personnalité notoire de l' industrie du cinéma américain.

Me too et Balance ton porc sont des hashtags qui ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux en octobre 2017 pour dénoncer le harcèlement sexuel, notamment dans le milieu professionnel, à la suite d'accusations de cette nature portées contre le producteur Harvey Weinstein.

Partager
Abonnez-vous à la newsletter