Bosnie-Herzégovine


    Bosnie: le procureur de l'ONU dénonce la glorification des criminels de guerre
    07.06.17
    AFP

    Les nationalistes serbes et croates de Bosnie se livrent à des "provocations inacceptables" en glorifiant les criminels de guerre condamnés et en niant les crimes de la guerre de 1992-1995, a dénoncé mercredi le procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Serge Brammertz a exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à s'attaquer au déni de crimes de guerre en Bosnie, lors d'une réunion sur le travail du TPIY. Le procureur a critiqué une décision récente des responsables de l'éducation serbes de Bosnie d'interdire les manuels scolaires qui mentionnent le génocide...

    Lire la suite

    Le génocide de Srebrenica ignoré par les manuels scolaires serbes de Bosnie
    06.06.17
    AFP

    Les écoliers serbes de Bosnie ne trouveront pas mention dans leurs livres scolaires de l'acte de génocide commis à Srebrenica ou du siège de Sarajevo, a prévenu mardi leur chef, Milorad Dodik. Pour la justice internationale, le massacre par les forces serbes de Bosnie de quelque 8.000 hommes et adolescents bosniaques musulmans en juillet 1995, constitue un acte de génocide. C'est la pire tuerie commise sur le sol européen depuis la Deuxième Guerre mondiale. Durant la guerre intercommunautaire de 1992-95, Sarajevo a été soumise à un siège par les forces serbes de Bosnie, durant lequel...

    Lire la suite

    Procès Mladic: la perpetuité requise contre le "boucher des Balkans"
    07.12.16
    AFP

    Le procureur a requis mercredi la perpétuité contre l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, accusé d'avoir entrepris le "nettoyage ethnique" d'une partie de la Bosnie en vue de créer un État serbe ethniquement pur. "Ce serait une insulte aux victimes vivantes et décédées, un affront à la justice de le condamner à toute autre peine qu'à la plus sévère: la perpétuité", a déclaré le procureur Alan Tieger devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye. Alors que son procès connaît sa dernière semaine au terme de procédures entamées en 2012, celui qui est surnommé "le boucher des Balkans" doit répondre de onze chefs d'accusation de...

    Lire la suite

    Le temps du réquisitoire pour Mladic, le chef de guerre des Serbes de Bosnie
    02.12.16
    Stéphanie Maupas

    Le procès de Ratko Mladic devant le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) entre dans sa dernière ligne droite. Le procureur prononcera son réquisitoire à partir du 5 décembre, suivi des plaidoiries de la défense. En procès depuis plus de quatre ans, l’ex chef militaire des Serbes de Bosnie est accusé de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis entre 1992 et 1995 en Bosnie-Herzégovine.  « J’ai demandé Mladic », avait expliqué Radovan Karadzic devant l’Assemblée des Serbes de Bosnie, dont la transcription des débats figure aux dossiers du tribunal...

    Lire la suite
     

    Bosnie : l’indemnisation rend justice aux victimes des viols de guerre
    30.11.16
    Basma El-Mahdy

    Rendre justice aux femmes victimes de viols de guerre en Bosnie-Herzégovine demeure un grand sujet de préoccupation en matière de justice internationale. “Plus de vingt ans après la fin du conflit, les victimes de la guerre paient encore un lourd tribut pour les souffrances qu’elles ont subies”, déclare Adrijana Hanušić Bećirović, conseillère juridique de l’ONG Trial International. Si l’Accord de paix de Dayton a mis fin, en 1995, à trois ans et demi de guerre, les victimes de violences sexuelles se sentent délaissées, faute d’une exécution effective de réparations en leur faveur. A cet...

    Lire la suite

    « Nous sommes très loin de la réconciliation » dans les Balkans occidentaux.
    20.09.16
    Tomasz Lachowski, Docteur en droit, journaliste et chercheur à l’Université de Lodz, Pologne

    Le journaliste Tomasz Lachowski, chercheur en droit à l’Université de Lodz, en Pologne s’entretient avec l’historienne serbe Marjana Toma, qui a été directrice adjointe du Centre du droit humanitaire à Belgrade (Humanitarian Law Center/ Fond za humanitario pravo) et coordinatrice du groupe de travail chargé de l’ébauche des statuts de RECOM, projet de commission régionale de vérité pour l’ex-Yougoslavie.   Tomasz Lachowski : Vingt-et-un ans se sont écoulés depuis le massacre de Srebrenica, une des pires barbaries du monde moderne. Il est difficile de le croire, mais aujourd’hui encore,...

    Lire la suite

    La semaine de la justice transitionnelle : Hommage aux victimes de Srebrenica, Béchir versus CPI
    17.07.16
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

    Le monde a commémoré le lundi 11 juillet le massacre perpétré, il y a aujourd’hui 21 ans, à Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine.  Qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY),  ce massacre est le pire en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. De son côté, la Cour pénale internationale (CPI) reste confrontée à l’incohérence du Conseil de sécurité des Nations unies dans le dossier du président soudanais Omar Béchir   La douleur était immense. « Veuves ou filles de certains des plus de 8.000 hommes et adolescents exécutés en juillet 1995 par les...

    Lire la suite

    Syrie, Bosnie, Tchétchénie : les défis du travail de mémoire
    13.07.16
    Pierre Hazan, Sarajevo

    Comment d’ores et déjà documenter la guerre en Syrie, alors que les morts continuent de s’ajouter aux morts ? Comment raconter le conflit de Bosnie et de Tchétchénie des années 1990 ? Sous l’impulsion du festival WARM, des journalistes, des activistes et des archivistes se sont réunis à Sarajevo le 29 juin pour témoigner de leur travail de mémoire et des défis spécifiques qu’ils rencontrent. Lorsque la guerre en ex-Yougoslavie a commencé en 1991, Suada Kapic a aussitôt pensé à documenter le conflit qui venait d’éclater dans son pays, sans se douter que sa ville, Sarajevo, connaîtrait...

    Lire la suite
     

    Bosnie : le dispositif pour soigner les traumatismes liés à la guerre
    10.07.16
    Pierre Hazan, conseiller éditorial de JusticeInfo.Net, professeur associé à l'université de Neuchâtel

    Les chiffres sont vertigineux : selon les autorités bosniaques, 450.000 personnes ont été affectées par la maladie du syndrome post-traumatique (plus connue sous son acronyme anglais, le PTSD) et 1.4 million ont généré un ou plusieurs symptômes du PTSD sur une population totale inférieure à quatre millions de personnes. Ces estimations sont invérifiables, mais le consensus est général : une grande partie de la population de Bosnie-Herzégovine, et tout particulièrement les civils, ont souffert ou souffrent encore psychologiquement des conséquences de la guerre. Pendant des années, ils ont...

    Lire la suite

    La semaine de la justice transitionnelle : du TPIY à l'Erythrée, en passant par Paris
    03.07.16
    Ephrem Rugiririza, JusticeInfo.Net

    Fin de semestre très remarquée au Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Avant de faire leurs valises pour les vacances d'été, les juges d'appel ont confirmé le jeudi 30 juin le verdict et la peine dans le procès de deux anciens hauts responsables des Serbes de Bosnie. Rejetant tous les moyens d'appel de la défense, la Chambre d'appel a confirmé les déclarations de culpabilité à l'encontre de Mićo Stanišić, ancien ministre de l'Intérieur de la Republika Srpska, et Stojan Župljanin, ancien chef du Centre régional des services de sécurité de Banja Luka (Bosnie‑Herzégovine)....

    Lire la suite

    Le TPIY confirme en appel la peine de 22 ans contre deux ex-responsables Serbes de Bosnie
    30.06.16
    AFP

      Le Tribunal spécial pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a confirmé jeudi la peine de 22 ans de détention prononcée contre deux anciens hauts responsables des Serbes de Bosnie pour leur rôle durant le conflit qui a déchiré la Bosnie entre 1992 et 1995. "La chambre d'appel révoque les appels de M. Stanisic et M. Zupljanin dans leur entièreté et confirme leurs condamnations", a déclaré le juge Carmel Agius. Réputés proches de leur chef politique Radovan Karadzic, l'ex-ministre de l'Intérieur des Serbes de Bosnie Mico Stanisic, 62 ans, et son ancien subordonné Stojan Zupljanin, 64 ans, ont été reconnus coupables en 2013 de crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour leur rôle durant la...

    Lire la suite

    À Sarajevo, le futile et la culture comme acte de résistance

    Dans une salle archibondée, des jeunes femmes en maillot de bain défilent pour conquérir le titre de Miss Sarajevo, alors que les bombes pleuvent à l’extérieur. Puis, conservant leur éclatant sourire, on les voit porter une banderole où il est écrit: « Ne nous laissez pas nous tuer », avant de lancer des fleurs au public. Poussés par leur rage de vivre, des adolescents font du break-dancing dans un sous-sol pour oublier la peur, la faim, l’ennui et la guerre. Durant de courtes trêves, des concerts rock et de musique classique se tiennent dans ce qui fut la magnifique bibliothèque de Sarajevo...

    Lire la suite
     

    Acquittement surprise pour l'ultranationaliste serbe Seselj au TPIY
    31.03.16
    AFP

    L'ultranationaliste serbe Vojislav Seselj a été acquitté jeudi par le TPIY de toutes les accusations qui pesaient contre lui pour son rôle dans les guerres qui déchirèrent l'ex-Yougoslavie dans les années 90, une décision surprise dénoncée par la Croatie. Pour le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, "l'accusation n'a pas présenté de preuves suffisantes pour établir que les crimes ont été commis", a expliqué le juge Jean-claude Antonetti, lors du prononcé du jugement à La Haye. "Avec cet acquittement sur l'ensemble des neuf chefs d'accusation, le mandat d'arrêt n'a plus...

    Lire la suite

    Après le jugement Karadzic, le chemin vers la réconciliation reste long dans les Balkans
    26.03.16
    Zoran Culafic, De notre correspondant dans les Balkans

    Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a jugé jeudi l'ancien président de la République Serbe de Bosnie, Radovan Karadzic, coupable de génocide et crimes de guerre commis durant la guerre en Bosnie de 1992 à 1995. Mais ni les Serbes ni les Bosniaques ne semblent satisfaits de la peine de 40 ans d'emprisonnement infligée à Karadzic. Aujourd'hui âgé de 70 ans, Karadzic était sous le coup de onze chefs d'accusation de génocide, crimes contre l'humanité et violations des lois et coutumes de la guerre durant le conflit armé en Bosnie de 1992 à 1995. Les juges du TPIR l'ont...

    Lire la suite

    La question du génocide au coeur du jugement de Karadzic
    25.03.16
    Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

    Radovan Karadzic a été reconnu coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre commis lors de la guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995). L’ex chef politique des Serbes de Bosnie a été condamné à 40 ans de prison, mais son avocat va faire appel. Le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a signé, le 24 mars 2016, le jugement le plus important de son histoire. Radovan Karadzic est apparu fatigué et abattu à la lecture de ce jugement. L’ex chef politique des Serbes de Bosnie a été reconnu dix fois coupables. Il a été condamné pour le génocide de...

    Lire la suite

    Radovan Karadzic coupable de génocide, condamné à 40 ans de prison
    24.03.16
    AFP

    L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a été condamné jeudi par un tribunal international à 40 ans de détention pour génocide et crimes contre l'humanité pendant la guerre de Bosnie. Radovan Karadzic a été reconnu coupable de génocide pour le massacre de près de 8.000 hommes et garçons musulmans à Srebrenica en juillet 1995, le pire massacre à avoir été commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. "Radovan Karadzic, la cour vous condamne à 40 années de détention", a affirmé le juge du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), O-Gon Kwon,...

    Lire la suite
     

    Les points de l'acte d'accusation contre Radovan Karadzic
    24.03.16
    AFP

    L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, dont le jugement doit être prononcé jeudi par le TPIY, est accusé d'avoir tenté de "chasser à jamais les Musulmans et Croates de Bosnie des territoires revendiqués par les Serbes de Bosnie". En tant qu'autorité "civile et militaire suprême des Serbes de Bosnie", Radovan Karadzic, 70 ans, est inculpé de onze chefs d'accusations de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour son rôle dans la guerre, qui a fait 100.000 morts entre 1992 et 1995. Selon le procureur, l'accusé "a agi de concert" avec l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, mort en 2006 à La Haye avant la fin de son procès devant le TPIY, et...

    Lire la suite

    Karadzic, un psychiatre devenu maître de la purification ethnique en Bosnie
    24.03.16
    AFP

    Psychiatre de formation, Radovan Karadzic a incarné tout au long de sa vie des rôles divers, poète, président, puis guérisseur, mais il restera dans les annales de l'histoire comme l'un des artisans des pires crimes de guerre commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale. Arrêté en juillet 2008 à Belgrade après 13 ans de cavale, l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie pendant la guerre intercommunautaire (1992-95), doit répondre notamment de génocide devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Le verdict sera prononcé jeudi à 13H00 GMT. Au moment de son...

    Lire la suite

    Karadzic: Les parents des enfants tués à Sarajevo attendent avec angoisse le verdict
    22.03.16
    AFP

    Vingt ans après la fin du siège de Sarajevo, qui a duré 44 mois (1992-95) et au cours duquel près de 1.500 enfants ont été tués, leurs parents attendent dans l'angoisse le verdict que le TPIY va prononcer jeudi contre l'ancien dirigeant politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic Le 9 novembre 1993, par une matinée plutôt calme, Fedja Salkic, 6 ans, attend impatiemment le début des cours devant une classe improvisée au rez-de-chaussée d'un immeuble. "Il portait une combinaison de ski et des bottes toutes neuves que son père lui avait achetées la veille au marché", se souvient sa mère Sefika. Subitement, un obus explose et tue trois élèves ainsi que l'institutrice, Fatima Gunic. Une...

    Lire la suite

    Le TPIY rendra son jugement contre Karadzic le 24 mars
    18.02.16
    AFP

    Après sept ans derrière les barreaux, l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, saura le 24 mars s'il est jugé coupable des pires crimes commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Il deviendra le plus haut responsable à être jugé par le tribunal pour des crimes présumés commis pendant la guerre de Bosnie, après la mort en 2006, au cours de son procès, de l'ancien président serbe Slobodan Milosevic. Autrefois fugitif le plus recherché du continent, Radovan Karadzic avait échappé à la justice internationale pendant près de 13 ans, se cachant sous l'identité d'un spécialiste de médecine alternative, arborant une barbe blanche nourrie. Arrêté dans un bus à...

    Lire la suite