Kosovo


    Un "Rambo" Premier ministre du Kosovo accusé de crimes de guerre
    07.09.17
    AFP

    Le Kosovo s'est doté jeudi d'un Premier ministre, l'ancien guérillero Ramush Haradinaj, accusé de crimes de guerre par la Serbie avec qui il devra pourtant relancer le dialogue. A la tête d'une coalition d'anciens commandants de l'armée de libération du Kosovo (UCK) arrivée en tête des législatives du 11 juin mais sans majorité absolue, Ramush Haradinaj, 49 ans, s'employait depuis trois mois à trouver une majorité parlementaire. Le ralliement du petit parti de l'homme d'affaires Behgjet Pacolli la lui a offerte. Sa désignation par le président Hashim Thaçi doit désormais être avalisée...

    Lire la suite

    Kosovo: la crise politique empêche la reconnaissance internationale du pays
    20.08.17
    AFP

    L'incapacité du Kosovo de se doter d'un nouveau gouvernement deux mois après les élections risque de ralentir le processus de sa reconnaissance dans les instances internationales et de freiner l'injection des fonds dont ce jeune Etat des Balkans a besoin. Une coalition dominée par le Parti démocratique du Kosovo (PDK) du président kosovar Hashim Thaçi est arrivée en tête des législatives anticipées du 11 juin, mais elle ne dispose pas d'une majorité absolue qui lui permettrait de gouverner seule. Avant de tenter de former un gouvernement, cette coalition des anciens chefs rebelles devra d'abord faire élire le président du parlement. Mais faute d'une majorité nécessaire, elle s'est...

    Lire la suite

    Kosovo : les criminels présumés pourront donner des informations confidentielles sur les 1658 disparus
    03.07.17
    Pierre Hazan

    Dans les contextes de violence politique, c’est l’une des pires tortures psychologiques qui soit et qui augmente avec le temps : ne pas savoir ce qui est arrivé à l’un de ses proches. A-t-il été enlevé par l’armée ou par un groupe armé ? Est-il détenu quelque part ? A-t-il été assassiné ? Va-t-on jamais le retrouver vivant, ou au moins, sa dépouille, s’il a été victime d’une exécution extrajudiciaire ?  « Depuis 18 ans, chaque jour qui passe est un jour d’agonie », ont écrit dans un appel commun les familles des disparus serbes et albanais du Kosovo le 21 juin dernier. Sous leur...

    Lire la suite

    Le tribunal spécial sur le Kosovo bientôt prêt à commencer ses travaux
    28.06.17
    AFP

    Le tribunal spécial créé à La Haye pour juger les crimes de guerre présumés commis pendant le conflit au Kosovo à la fin des années 1990 va être opérationnel la semaine prochaine, a annoncé sa présidente mercredi. Les juges du nouveau tribunal créé en 2016 ont adopté son réglement à l'unanimité mercredi, ce qui signifie qu'il sera pleinement opérationnel à partir de la semaine prochaine et "prêt à commencer des procédures", a indiqué sa présidente Ekaterina Trendafilova. "Après l'entrée en vigueur du règlement dans les sept jours, il n'y aura aucun obstacle légal à recevoir des...

    Lire la suite
     

    18 ans après, les familles cherchent toujours leurs 1658 disparus au Kosovo
    28.06.17
    Frédéric Burnand

    Une conférence de deux jours se tient cette semaine à Genève pour tenter de relancer l’identification de 1658 personnes disparues durant la guerre du Kosovo (1998-1999). Pour l’occasion, les familles de victimes serbes et kosovars se sont unies pour inciter les autorités locales et internationales à surmonter les blocages et les mauvaises volontés politiques.  « Nous, les mères, pères, épouses, maris, frères, sœurs, filles, fils et tous les autres membres de la famille des personnes disparues (…) nous ne nous reposerons pas jusqu'à ce que le sort de la dernière personne manquante soit...

    Lire la suite

    Srebrenica: déception en Bosnie après la condamnation des Pays-Bas
    28.06.17
    AFP

    Les Bosniaques ou musulmans de Bosnie ont exprimé leur déception mercredi après la condamnation seulement partielle aux Pays-Bas de l'Etat néerlandais pour sa responsabilité dans la mort de 350 musulmans à Srebrenica en 1995. Les proches des victimes, notamment l'association des mères de Srebrenica, demandaient à la justice des Pays-Bas de dire que le contingent néerlandais de l'ONU chargé de protéger l'enclave de Srebrenica avait failli à sa tâche et était donc responsable du massacre de quelque 8.000 hommes et adolescents bosniaques par les forces des Serbes de Bosnie du général Ratko Mladic en juillet 1995. Or, la cour d'appel de La Haye a estimé mardi que l'Etat néerlandais avait...

    Lire la suite

    Kosovo : une Commission vérité alors que le probable PM est accusé de crimes de guerre
    13.06.17
    JusticeInfo.net

    A l’issue des élections du dimanche 11 juin, Ramsuh Haradinaj est le favori pour devenir Premier Ministre. Blanchi par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, il reste cependant accusé de crime de guerre par Belgrade. En janvier dernier, il avait été arrêté à l’aéroport de Bâle-Mulhouse à la demande de la Serbie, puis emprisonné avant que la justice française le relâche sans l’extrader vers Belgrade. Ces élections ouvrent sans doute une période d’instabilité politique au Kosovo. Menée par Haradinaj, une coalition de partis issus de l’Armée de libération du Kosovo (UCK)...

    Lire la suite

    Kosovo : un gouvernement instable face à la justice internationale
    12.06.17
    AFP

    Le Kosovo risque d'affronter une période d'instabilité à l'issue des législatives anticipées de dimanche, qui n'ont pas désigné un vainqueur clair, conduisant la coalition des anciens chefs de la guérilla, arrivée en tête, à essayer de former une majorité. "La crise politique n'est pas résolue (...) et cela veut dire que le pays ne pourra pas aller de l'avant" sans une médiation de la communauté internationale, comme cela avait été déjà le cas à l'issue des élections de 2014, a commenté l'analyste politique kosovar Belul Beqaj. En 2014, une telle médiation avait abouti à la mise en...

    Lire la suite
     

    La justice internationale au coeur des élections au Kosovo
    11.06.17
    AFP

    Les Kosovars ont choisi dimanche leurs députés dont le mandat pourrait être agité, entre tensions avec la Serbie et possibles inculpations pour crimes de guerre de responsables de ce pays des Balkans. Dans la capitale kosovare, Pristina, des dizaines de personnes, âgées pour la plupart, attendaient patiemment sous la pluie, l'ouverture du bureau de vote. "Il s'agit d'ouvrir un nouveau chapitre dans notre Etat. Il faut cesser d'abuser de l'argent des contribuables et d'avoir un gouvernement qui s'occupera de son peuple", a déclaré Ekrem Haziri, 66 ans, retraité. Il ne semblait pas...

    Lire la suite

    Les défis du nouveau tribunal de la Haye pour juger les combattants de l'ALK de la guerre du Kosovo
    22.05.17
    Marija Ristić

    Un nouveau tribunal spécial s’efforcera de compenser les échecs des différentes initiatives internationales qui n’ont pas pu aboutir à des poursuites contre d’anciens combattants de l’Armée de Libération du Kosovo pour les crimes commis dans les années 1990. Ce tribunal devra relever plusieurs défis : mettre en place un programme de protection des témoins, asseoir sa légitimité et étendre sa portée.  Après cinq ans de négociations, les chambres spécialisées pour le Kosovo et le Bureau du Procureur spécialisé démarreront finalement leurs premières activités judiciaires cette année.Ces...

    Lire la suite

    Dick Marty sur le trafic d’organes au Kosovo : « Qui sera assez fou pour témoigner ? »
    27.04.17
    JusticeInfo.net

    Devant un public nombreux de l’université de Neuchâtel, où l’émotion des guerres de l’ex-Yougoslavie était bien palpable, Dick Marty, l’auteur du rapport explosif de décembre 2010 sur le trafic illicite d’organes au Kosovo, s’est exprimé mercredi dans le cadre du « Carrefour de Sarajevo ». C’était la première fois depuis des années que Dick Marty, (membre par ailleurs du Conseil de la Fondation Hirondelle, propriétaire de JusticeInfo.net)  revenait sur son rapport qui met en cause l’actuel président du Kosovo, Hashim Thaçi. Il accusait celui-ci d’être « l’un des plus dangereux parrain...

    Lire la suite

    La justice française rejette l'extradition de l'ancien Premier ministre du Kosovo vers la Serbie
    27.04.17
    AFP

    L'ancien rebelle kosovar Ramush Haradinaj, bloqué depuis quatre mois en France à la demande de la Serbie, va pouvoir regagner son pays, la justice française ayant rejeté jeudi la demande d'extradition présentée par Belgrade, qui souhaitait le juger pour des crimes de guerre remontant à 1999. L'extradition de M. Haradinaj, un ancien Premier ministre, actuel député et opposant au président Hashim Thaçi, entraînerait "des conséquences d'une gravité exceptionnelle" pour lui-même, mais aussi du fait de "considérations liées notamment à son rôle (...) dans la vie politique du Kosovo", a...

    Lire la suite
     

    Crimes de guerre au Kosovo : mission impossible pour les chambres spéciales
    25.04.17
    Stéphanie Maupas, La Haye (de notre correspondante)

    Dans quelques jours, les dix-neuf juges des chambres spéciales du Kosovo (KSC) ; dont la création initiée par l’Union européenne a été ratifiée par le parlement kosovar en 2016 ; possèderont enfin leur propre code pénal. En théorie, tout est donc prêt pour recevoir les premiers actes d’accusation contre les chefs de l’ancienne rébellion séparatiste de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis entre le 1er janvier 1998 et le 31 décembre 2000. Les Chambres spéciales sont partie intégrante des institutions judiciaires kosovares,...

    Lire la suite

    L'arrestation en France de l'ex-premier ministre du Kosovo : un test pour l'Europe
    30.01.17
    Franck Petit

    Son nom circule de nouveau sur tous les fils diplomatiques d’Europe. Ancien videur de boîte de nuit, Ramush Haradinaj était le chef de l’Armée de libération du Kosovo (ALK) durant le conflit avec la Serbie en 1998. Sorti victorieux de la guerre, à la fois héros de la résistance et allié de la communauté internationale en quête d’un Kosovo stable, sorti victorieux des procès intentés par le Tribunal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), le Kosovar a été arrêté en France le 4 janvier 2017, à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, sur la base d’un mandat d’arrêt émis par la Serbie, qui demande son...

    Lire la suite

    L’arrestation du premier ministre kosovar en France, le résultat des échecs de la justice internationale
    25.01.17
    Loïc Trégourès Université de Lille

    L’arrestation en France à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, le 4 janvier dernier, de l’ancien Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj a constitué une véritable surprise, bonne à Belgrade où l’on n’en espérait pas tant, mauvaise à Pristina, où l’ambassade de France a été le théâtre de manifestations populaires réclamant la libération de « Rambo » (son nom de guerre). Arrêté sur la base d’un mandat d’arrêt Interpol émis par la Serbie en 2004, la justice française a décidé de libérer Haradinaj sous caution en attendant de juger si la demande d’extradition serbe est valable, notamment au...

    Lire la suite

    Kosovo: "rien à cacher", dit Hashim Thaçi avant le démarrage du tribunal pour crimes de guerre
    08.03.16
    AFP

    Hashim Thaçi, récemment élu président du Kosovo, assure soutenir pleinement un nouveau tribunal spécial chargé des crimes de guerre commis par la guérilla kosovare dont il a été un des commandants durant le conflit 1998-99, même s'il risque de se retrouver sur la liste des inculpés. Elu en février par la Parlement kosovar, M. Thaçi, 47 ans, est un ancien commandant de la guérilla albanaise kosovare (UCK) reconverti dans la politique qui a mené en tant que Premier ministre son pays à l'indépendance en 2008. Mais, alors qu'il s'apprête à prendre en avril ses fonctions de président, les spéculations sur son éventuelle obligation de se présenter devant le tribunal, qui doit ouvrir ses portes...

    Lire la suite
     

    Semaine de la justice transitionnelle : le Kosovo rattrapé, l'ONU désarmée
    18.01.16
    François Sergent, Justiceinfo.net

    Semaine chargée pour la justice transitionnelle qui du Cambodge au Kosovo en passant par le Kenya et le Burundi apparait comme un acteur important mais trop souvent tardif et hésitant au sein de la communauté internationale. Ainsi, le gouvernement néerlandais a annoncé vendredi la création par l’Union européenne à La Haye d’un tribunal spécial, chargé de juger des crimes de guerre présumés commis par des membres de la guérilla indépendantiste kosovare albanaise (UCK), confirmant une information de Justiceinfo.net. Ce tribunal sera de droit kosovar mais composé de juges internationaux et...

    Lire la suite

    Trafic d'organes au Kosovo: un tribunal pour crimes de guerre à La Haye
    15.01.16
    Justiceinfo.net avec AFP

    Un tribunal spécial, chargé de se pencher sur des crimes de guerre présumés commis par des membres de la guérilla indépendantiste kosovare albanaise (UCK) pendant et après le conflit serbo-kosovar, doit ouvrir ses portes cette année à La Haye, a annoncé vendredi  le gouvernement néerlandais. Une information donnée en octobre par Justiceinfo.net..  Cette instance examinera "les accusations de crimes graves présumés commis en 1999-2000 par les membres de l'Armée de libération du Kosovo contre des minorités ethniques et des opposants politiques", a indiqué le ministère néerlandais des Affaires...

    Lire la suite

    Trafic d’organes au Kosovo : l’UE crée son tribunal à la Haye
    12.10.15
    Pierre Hazan, Chef de projet justiceinfo.net

    Crimes de guerre et trafic d’organes international sur fond de corruption généralisée et de mafias où sont impliqués les plus hauts représentants d’un Etat des Balkans, le Kosovo. Le scénario a le goût et l’apparence d’un John Le Carré. Il semble pourtant tragiquement vrai. Huit ans après les premières accusations et deux enquêtes attestant de leur bien-fondé, la justice pourrait bientôt commencer à se faire … de manière inédite. Pour protéger les potentiels témoins, l’Union européenne est en train de créer son premier tribunal. Justiceinfo.net a appris que toutes « les procédures...

    Lire la suite