Premières poursuites pour crimes contre l’humanité au Kenya

Le 28 octobre, le directeur des poursuites au Kenya a annoncé la mise en accusation de plusieurs officiers de police pour crimes contre l’humanité. Certains le sont aussi en tant que supérieurs hiérarchiques. Il s'agit d'une double première dans ce pays. Le nombre et l’identité des accusés n’ont pas été révélés. Ils sont accusés de meurtres, viols et tortures commis lors de violences post-électorales en 2017.

Au premier plan : des membre de la police anti-émeutes, armés et en uniformes militaires. En arrière-plan : des gens attroupés dans la rue. Kisume (Kenya) en 2017.Cinq ans après les graves violences policières à Kisumu, en octobre 2017, des officiers de police kényans sont accusés de crimes contre l'humanité devant la justice nationale. © Jennifer Huxta / AFP
2 min 18Temps de lecture approximatif

Une "première" au Kenya: des policiers sont poursuivis pour "crimes contre l'humanité", dont le meurtre d'un bébé, lors de violences post-électorales en 2017, a annoncé vendredi le procureur, en dénonçant des attaques "systématiques contre la population civile".

La commission nationale kényane sur les droits de l'Homme avait documenté 94 morts, 201 cas de violences sexuelles et plus de 300 blessés, attribuées principalement aux forces de l'ordre.

Un bébé de six mois, Samantha Pendo, avait été battu par la police à la suite d'un raid des forces de l'ordre à Kisumu, dans l'ouest du pays.

"Les enquêtes ont établi que des officiers de police pourraient être responsables du meurtre" d'un bébé et "d'autres violations graves des droits humains", selon le communiqué du bureau du procureur, qui n'a précisé ni l'identité ni le nombre de personnes visées.

"Les attaques étaient planifiées, coordonnées et pas le fruit du hasard", a-t-il précisé, évoquant notamment des "meurtres, tortures, viols et autres formes de violences sexuelles contre des civils".

Selon le bureau du procureur, il s'agit "des premiers cas de crimes contre l'humanité inculpés en vertu du droit national kényan".

Le nouveau Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Volker Türk s'est félicité de la décision des autorités judiciaires kényanes, affirmant que cela constitue un "pas important vers la responsabilité pour les violations flagrantes des droits de l'Homme au Kenya" après les violences post-électorales de 2017.

Démantèlement

En 2017, le président sortant Uhuru Kenyatta avait été déclaré vainqueur du scrutin, mais son principal opposant, Raila Odinga, avait pointé du doigt des fraudes et contesté les résultats.

Des manifestations de partisans d'Odinga avaient été réprimées par les forces de l'ordre.

Le bureau du procureur a précisé que le délai de l'enquête était notamment dû "à la complexité des délits".

Le président kényan William Ruto, élu en août, a annoncé le 16 octobre le démantèlement de la redoutée Unité des services spéciaux (SSU), unité de police créée il y a 20 ans et sous le feu des critiques après des cas de disparitions forcées et de meurtres. Le chef de l'Etat a également promis une refonte de la police.

"Nous pouvons efficacement réprimer les crimes, surveiller, perturber et appréhender les criminels sans enlever, torturer, tuer ou faire disparaître des citoyens", avait déclaré M. Ruto.

Le 24 octobre, quatre policiers, membres de la SSU, ont été inculpés pour la disparition de trois hommes, dont les corps n'ont jamais été retrouvés.

La police kényane a été accusée par le passé d'avoir dirigé des escouades de tueurs à gages ciblant des personnes enquêtant sur des violations présumées des droits de l'Homme par les services de sécurité, y compris des avocats.

Selon l'organisation Missing Voices, qui milite pour dénoncer des exécutions extrajudiciaires au Kenya, 1.264 personnes sont mortes entre les mains des forces de l'ordre depuis qu'elle a commencé à collecter des données en 2007.

Peu d'enquêtes menées à la suite de ces disparitions ont donné lieu à des condamnations.