05.03.05 - TPIR/MUVUNYI - UNE VINGTAINE DE TEMOINS SERONT CITES POUR DES ALLEGATIONS DE VIOL

Arusha, le 1er mars 2005 (FH) - Le procureur saisi du procès de l’ancien commandant de l’Ecole des sous-officiers (ESO) de Butare (sud du Rwanda), le colonel Tharcisse Muvunyi, a déclaré mercredi qu’il entend faire comparaître une vingtaine de témoins pour étayer les allégations de viol.

Muvunyi répond de cinq chefs d’accusation de génocide et de crimes contre l'humanité, y compris le viol et autres actes inhumains.

1 min 27Temps de lecture approximatif

Il plaide non coupable.

«Nous allons essayer de trouver vingt témoins», a déclaré le Nigérian Charles Adeogun-Philips à l’agence Hirondelle juste avant la comparution du premier témoin à charge.

Le substitut du procureur a expliqué que les premiers témoins de viol seront cités à la barre au cours de la deuxième session, prévue pour avril.

Cependant, avant l’ouverture du procès, le procureur avait soumis une requête en exclusion des charges de viol, arguant qu’il avait du mal à trouver des témoins à cet effet. La chambre l’a rejetée, estimant qu’elle avait été déposée avec retard, ce qui pouvait être préjudiciable aux droits de la défense.

De source proche du dossier, la défense s’était également opposée à ce que soit modifié l’acte d’accusation. «La défense va le regretter», a déclaré Adeogun-Philips.

Après une brève séance de «mise en état» de l’affaire, le procureur a fait comparaître son premier témoin entendu entièrement à huis clos pour des raisons de sécurité.

A l’ouverture du procès lundi, le procureur a allégué que Muvunyi «a été vu en train d'ordonner à des militaires de l'ESO d'aller enlever les Tutsis qui étaient à l'hôpital universitaire (de Butare) pour ensuite les tuer ».

Son procès se déroule devant une chambre présidée par le juge sri lankais Joseph Asoka da Silva. Muvunyi est représenté par l’avocat américain, Me Williams Taylor, qui, contrairement à la pratique au TPIR, plaide sans toge. Le juge président l’a enjoint de se revêtir d’une robe d’avocat. Ce dernier a expliqué que cela n’est pas une exigence dans son pays d’origine. Les débats se poursuivront mercredi.

GA/GF/FH (MV’’’0301A)