Côte d’Ivoire : pour qui roule Affi candidat de l’opposition ?

Côte d’Ivoire : pour qui roule Affi candidat de l’opposition ?©Tristan MiquelLe candidat en campagne
2 min 17Temps de lecture approximatif

 

Que cache la candidature à la présidentielle en Côte d’Ivoire d’Affi N’Guessan ancien premier ministre de Laurent Gabgbo et héraut du Front Populaire Ivoirien. « Réconciliation nationale », dit le candidat qui a présenté son programme à Abidjan. Une réconciliation conditionnée à la libération de Laurent Gbagbo, l’ancien Président ivoirien et en attente de jugement à la Haye devant la Cour Pénale Internationale pour « crimes contre l’humanité » commis pendant les violences qui avaient suivi son élection contestée en 2010.

« Aucune bastille n’est imprenable et la bastille Ouattara tombera », veulent croire sous les applaudissements des dignitaires du FPI N’Guessan tous présents jeudi à sa conférence de presse. Mais, le FPI est divisé et Ouattara donné largement favori dans tous les sondages. La majorité du parti boycotte Affi, sa ligne n’est pas assez dure, sa fidélité à Gbagbo mise en doute. Le sexagénaire, costume sombre impeccable, paré de ses habituelles lunettes rectangulaires à branches dorées, entre en scène sur une chanson dont les paroles donnent le ton : «  Gbagbo Laurent, nous te voulons ». Tout le monde n’est pas convaincu. La chute et l’emprisonement de Laurent Gbagbo ont fait voler le parti en éclat. D’un côté les faucons, de l’autre les colombes d’Affi N’Guessan président du parti depuis 14 ans .

Aux yeux des durs, Pascal Affi N’Guessan est un traître, un opportuniste qui a échappé aux sanctions infligées au clan Gbagbo. C’est suite à sa plainte que la candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle a été invalidée il y a un an par la justice ivoirienne. Cette même justice le confirmera à la tête du FPI et empêchera les faucons d’ Aboudramane Sangaré cofondateur du mouvement il y a trente ans avec le couple Gbagbo d’utiliser l’appellation Front Populaire Ivoirien.

Faucons et colombes

 

Les faucons, les « ultras », sont les inconditionnels du clan Gbabo et sont soutenus par l’épouse et le fils ainé de l’ancien président. Leur ligne est dure, Gbagbo est toujours président, Ouattara est un pion mis en places par la France et les Nations Unies. Aucune élection possible sans la libération de leur leader, ce dernier doit être candidat. Les colombes, les « pragmatiques », étaient jusqu’à présent pour un renouveau du parti, plus apaisé, pouvant négocier avec le pouvoir en place. Un parti sans Laurent Gbagbo. Les rapaces en sont convaincus, le candidat Affi roule pour le pouvoir en place, au mieux il fait office de « candidat de sa majesté », une aubaine pour Ouattara. Affi N’Guessan aisément vaincu et par voie démocratique le président sortant pourra se targuer de sa légitimité gagnée dans les urnes. « Faire tomber Ouattara est une urgence nationale ! » Affi N’Guessan en remet une couche, les applaudissements sont à nouveau nourris.  Affi N’Guessan dénonce une insécurité chronique en citant les groupes armés non encasernés, les coupeurs de route ou encore les « microbes », ces gangs de jeunes ados abidjanais qui n’hésitent pas à tuer. « Tout cela met la Côte-d’Ivoire sous pression » insiste le candidat. Il dit juger la situation sécuritaire préoccupante notamment depuis les affrontements suite à la validation de la candidature d’Alassane Ouattara. Une dernière question fait vrombir l’assemblée « Quand irez-vous enfin voir Mr. Gbagbo ? ». Affi N’Guessan marque une pause, « Vous savez on n’entre pas à la CPI (Cour Pénale Internationale) comme on va au marché…mais nous avons fait la demande, nous attendons toujours la réponse ».