RDC: prison à perpétuité pour un député et des miliciens violeurs d'enfants

RDC: prison à perpétuité pour un député et des miliciens violeurs d'enfants©Une jeune fille dans un foyer victime de viol
1 min 37Temps de lecture approximatif

Douze miliciens congolais  dont un homme politique local ont été condamnés mercredi à la prison à perpétuité pour des viols massifs qualifiés par la justice de "crime contre l'humanité" par un tribunal militaire dans l'est de la République démocratique du Congo.

Le chef de milice et ex-député provincial du Sud-Kivu, Frédéric Batumike, et 11 de ses coaccusés ont été "condamné à la prison à perpétuité pour crime contre l'humanité par viol et par meurtre" dans cette province agitée de l'est de la RDC.

Deux ont été condamnés à une année de prison tandis que les six autres prévenus ont été acquittés dans ce procès portant sur le viol d'une quarantaine d'enfants de 8 mois à 12 ans dans le Sud-Kivu entre 2013 et 2016.

Ce verdict a été rendu dans une salle d'audience pleine à craquer alors qu'une foule nombreuse avait pris d'assaut les abords du lieu bien avant même l'ouverture de la séance, selon un correspondant de l'AFP.

Accusés d'appartenir à la milice "Djeshi ya Yesu" (Armée de Jésus), le député provincial Frédéric Batumike et ses 17 coaccusés étaient poursuivis pour une série de viols à Kavumu, village congolais proche du Rwanda. "Au moins deux enfants sont morts", selon la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Un procès autrefois inimaginable

Le verdict a fait le bonheur des parties civiles et des ONG qui luttent contre l'impunité des crimes sexuels en RDC. "Il y a quelques années, un tel procès aurait été inimaginable", s'était félicité l'ONG "Physicians for human rights".

"Pendant trop longtemps, les auteurs de viols au Congo ont cru qu'ils étaient invincibles", ajoute l'ONG. "Lentement des signaux commencent à montrer que l'impunité n'est pas inévitable".

Ce procès inédit a eu lieu dans des conditions particulières puisque douze parents ont témoigné cachés derrière un rideau et que leurs voix étaient masquées.

Selon l'ONG Trial International très engagée aux côtés des victimes, "Le procès Kavumu est un moment historique dans la lutte contre l’impunité les violences sexuelles en RDC:  il est rare qu’un membre du Parlement encore en fonction voit ses privilèges immunitaires suspendus et soit traduit en justice ".

Susannah Sirkin , directrice de Physicians for Human Rights ajoute : " dans le domaine des droits de l'homme, où le succès ne se voit que sur le long terme, c'est un moment où l'on peut  vraiment célébrer la patience et la persistance qui amènent le changement".