Sans information, pas de réconciliation

Centrafrique : une histoire jalonnée de coups d’Etat

0 min 55Temps de lecture approximatif

 La Centrafrique, qui traverse une crise aiguë depuis 2013, est connue pour son instabilité politique marquée par des coups d’Etat à répétitions depuis les années 1960.

 -Le 31 décembre 1965, le premier président de Centrafrique, David Dacko, est renversé par Jean-Bedel Bokassa, qui se fait élire président à vie, avant de s’autoproclamer empereur en 1977.

 - Jean –Bedel Bokassa I est renversé en 1979 et David Dacko reprend le pouvoir.

 -En septembre 1981, David Dacko perd à nouveau le pouvoir, renversé cette fois-ci par le  général André Kolingba. 

 

- En 1993, deux ans après l’introduction du multipartisme, Ange-Félix Patassé est élu président au terme des premières élections pluralistes dans le pays.

 
 -Le président Patassé sera réélu en 1999, mais en 2001, une tentative de coup d'État provoque de violents affrontements dans la capitale, Bangui.

 

 -Le 15 mars 2003, après une nouvelle série de troubles, le général François Bozizé renverse le président Patassé et s’empare du pouvoir.

 

 -Le 13 mars 2005, après plusieurs reports, une élection présidentielle a lieu, qui est remportée par Bozizé.

Mais, entre-temps, une guerre civile, la première de l’histoire du pays, ravage la Centrafrique depuis 2004. Un accord de paix sera signé en 2007.

 

-Fin 2012, commence la deuxième guerre civile, les rebelles accusant Bozizé de ne pas respecter les accords.  Elle se soldera par le renversement du président Bozizé en mars 2013, marquant le début de la crise actuelle.

 

 

 

Partager
Abonnez-vous à la newsletter