Sans information, pas de réconciliation

Conflit israélo-palestinien : l’ONU appelle au respect des droits de l’enfant

Trois responsables des Nations unies au Proche-Orient ont rappelé mercredi 1er août aux parties israélienne et palestinienne leur obligation de respecter les droits de l’enfant, dans le conflit qui les oppose.

©@Organ Vida Archive/FlickrDes enfants palestiniens jouent dans une cour dans la localité de Bayt Lahiya, dans la bande de Gaza, le 28 mai 2014
1 min 41Temps de lecture approximatif

Dans une déclaration commune, le coordonnateur humanitaire de l’ONU dans le Territoire palestinien occupé , Jamie McGoldrick, le chef du bureau des droits de l'homme de l'ONU (HCDH) dans ce territoire, James Heenan et la représentante spéciale du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF)  dans l'État de Palestine, Geneviève Boutin, se sont déclarés « profondément préoccupés » par les informations faisant état d'enfants tués ou grièvement blessés, certains âgés de 11 ans seulement, dans les zones administrées par les Palestiniens ».  Ils ont également dénoncé le fait que « les enfants en Israël sont exposés à la peur, au traumatisme et aux blessures graves », selon le service de presse de l’ONU.

« Ce mois-ci, sept enfants palestiniens ont été tués par des tirs à balles réelles et des tirs israéliens », ont-ils déploré, ajoutant que « deux Israéliennes de 14 et 15 ans auraient également été blessées par des roquettes et des obus de mortier lancés sans discrimination vers Israël ».

Selon les chiffres fournis par les agences de l’ONU dans la région, 26 enfants palestiniens ont été tués depuis le 30 mars, début des manifestations contre le blocus de longue date imposé par Israël à Gaza. Vingt-et-un de ces enfants ont été abattus lors des manifestations tandis cinq autres ont été tués par des bombardements israéliens en dehors des manifestations. Au cours de la même période, des centaines d'autres enfants ont été blessés par des balles réelles.

« Un certain nombre de ces enfants (blessés) souffriront d’incapacités permanentes, y compris à la suite de l'amputation de leurs membres », ont déclaré les trois responsables de l'ONU.

Les trois responsables onusiens déploré en outre « l’utilisation trop souvent cynique des enfants dans la rhétorique politique et la propagande de tous les côtés », citant l'appel lancé par les organisateurs de la « Grande marche du retour » pour que « les Palestiniens manifestent sous la bannière de nos enfants martyrs ». « Les enfants ne devraient jamais être la cible de la violence et ne doivent pas être exposés à un risque de violence, ni être encouragés à participer à la violence », déclarent les trois représentants des Nations unies.

 « Respecter les droits des enfants et s'abstenir d'instrumentaliser leur sort devrait être une priorité pour tous », ont-ils insisté, soulignant que le contexte israélo-palestinien ne constitue « pas une exception ».

 

Partager
Abonnez-vous à la newsletter